Les migrants et la pollution de nos montagnes : un sujet tabou

20181017_093035Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental.

Les détritus de toute sorte jonchent en nombre les sentiers de montagne du Briançonnais, du col du Montgenèvre et du col de l’Echelle. Bouteilles et sacs plastiques, vêtements, chaussures, emballages divers, journaux etc. C‘est le triste spectacle que les randonneurs peuvent constater depuis plus de 3 ans.
Côté élus écologistes, associatifs et Office National des Forêts, c’est le grand silence, assez étrangement, quand on connaît la fureur des partisans de la nature contre la moindre atteinte à notre écosystème qui vaudrait au quidam que je suis une amende en bonne et due forme pour une canette de coca oubliée après un pique nique estival en montagne !
Concernant les élus de gauche et les membres des associations pro migrants qui fournissent tous ces vêtements et autres matériels, aucune réaction publique. À croire que cette question embarrasse tout ce beau monde.

Ce problème est grave et le Rassemblement National est une nouvelle fois le seul parti politique à dénoncer ce problème.
En effet, l’immigration est plus d’être une pure destruction de valeur économique (rapport Posokhow l’immigration coûte 84 milliards par an au contribuable français) est aussi un facteur de destruction de notre écosystème. Les Hautes-Alpes, qui sont déjà sinistrées sur le plan économique, et qui ont axé leur développement sur le tourisme, pourraient ces prochaines années être victimes d’une double peine : hausse déjà actée des impôts locaux de plus de 24 % pour assurer le financement des migrants pseudo Mineurs Non Accompagnés (MNA), et destruction d ‘un capital naturel et écologique qui fait vivre le département avec le tourisme hivernal et estival.
Des touristes cet été à Montgenèvre se sont déjà plaints de cet état de fait, mais l’État et les communes concernées semblent faire la sourde oreille.
Dans cette optique, le Rassemblement National propose que les migrants présents dans les Hautes Alpes nettoient la montagne de tous les immondices qu’ils ont eux même générés. Ce serait la moindre des choses, pour réparer le préjudice écologique subi et pour honorer la générosité dont ils bénéficient sur notre sol.
Le Rassemblement National requiert également que les associations pro migrants s’attellent également à cette tâche car elles sont co-responsables de cette situation.
Notre organisation exige aussi que l’État via ses services, interpelle et verbalise les auteurs de ces actes comme n’importe quel citoyen français le serait dans le même cas.

En fin de compte, le Rassemblement national exige tout simplement que la Loi qui est votée par le parlement au nom du peuple français s ‘applique dans le domaine du droit de l’immigration, du droit de l’environnement et des collectivités locales.

Publicités

Lorsque les pouvoirs publics nous font la misère en accueillant toute la misère du monde

DSCF1505Communiqué de presse de Cyril Gamba, délégué départemental adjoint du Rassemblement National des Hautes-Alpes.


Les haut-alpins ayant reçu leur avis de Taxe Foncière ont été abasourdis par l’augmentation constatée. Jusqu’à présent les collectivités locales permettaient de limiter le matraquage fiscal que nos concitoyens subissent de toutes parts. Le Département par exemple, pouvait faire le nécessaire pour ne pas faire peser d’impôts supplémentaires à ses administrés. Nous savons désormais que ce n’est plus sa volonté après l’augmentation de plus de 5 points du taux de la taxe foncière.


Mais le scandale réside aussi dans l’attribution de ces nouveaux moyens. En effet, suite à cette décision de faire payer les haut-alpins il n’est pas envisagé de leur rendre leur argent par un quelconque projet bénéficiant à tous, mais, une fois de plus cela servira à financer l’accueil de migrants provoquant d’ores et déjà un flux continu vers notre territoire.
Les Hautes-Alpes sont à la France ce que l’Italie est à l’U.E, un territoire qui doit prendre en charge les nouveaux arrivés étrangers sans que les autorités dont il dépend ne lui vienne en aide en lui accordant les moyens nécessaires. Pourtant, avec la volonté du peuple les lignes ont bougé en Italie.

Certains voient dans l’immigration une main d’œuvre flexible et malléable, d’autres y voient une chance de « relancer la démographie » qui n’est plus la nôtre. Il faut en finir avec cette hypocrisie. Il est urgent de retrouver notre souveraineté dans le domaine de la protection de nos frontières et réserver la libre circulation aux Européens. En marche pour une Europe des Nations et des Libertés !

Décès de Patrick Deroin


patrick_deroinCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller national du Rassemblement National, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le délégué départemental du Rassemblement National des Hautes-Alpes, Patrick Deroin, vient de nous quitter. Il luttait depuis un an contre la maladie qui le rongeait, avec courage et pugnacité comme il a mené toute sa vie. Officier de Marine, il avait choisi les Alpes du Sud pour prendre sa retraite, lui qui aimait tant randonner dans ces montagnes qui élèvent l’homme.

A tous les siens, nous présentons nos sincères condoléances. Sa famille politique à laquelle il était si attaché, d’abord discrètement lorsqu’il servait la France en observant son devoir de réserve, puis publiquement dans ses nombreuses candidatures sous les couleurs du Front National, pleure un camarade. Que la Foi catholique qui l’animait puisse l’endormir à présent dans une paix certaine.

Immigration clandestine dans le Briançonnais : ça continue, encore et encore !

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives 2017 (2eme circonscription), repris de Riposte Laïque

20180819_104336Cette vague migratoire originaire d’Afrique a démarré il y a trois ans et va toujours crescendo, au grand dam de la population briançonnaise qui, elle, voit la réalité morpho-sociologique de sa ville se modifier peu à peu.
L’itinéraire est bien connu par les passeurs membres des associations et par les candidats au voyage vers la « terre promise » qui se nomme la France.


Halte à Clavière, en Italie, au « Refuge », soutenu par l’extrême gauche italienne et française, avant le grand passage de la frontière française qui s‘effectue plutôt de nuit afin d’optimiser ses chances de réussite. Mais de toute façon, la probabilité de se faire interpeller par les forces de l’ordre est minime. En effet, la faiblesse des unités de police et de gendarmerie a permis, selon le Dauphiné Libéré, de faire transiter “4 600 personnes via le centre d’hébergement de Briançon pour l’année 2017”, chiffres évidemment sous-estimés pour des raisons politiques…
Les deux portes d’entrée sur le territoire français sont les suivantes : le col de Montgenèvre et le col de l’Échelle.


Les immigrés sont, pour la plupart, de jeunes hommes issus du continent africain dont une petite minorité ont moins de dix-huit ans.
D’après le discours formaté des nomadistes sans frontières, cette immigration ne concernerait que des populations originaires de pays en guerre mais, dans les faits, 95 % des migrants sont des migrants économiques originaires d’Afrique et de la Méditerranée.


Une fois arrivés en France, tous les impétrants, conseillés par des avocats payés par les associations, usent et abusent, plus que de raison, de la procédure de demande de droit d’asile dont ils sont déboutés à 95 %. Notons le cas particulier des mineurs non accompagnés (MNA) qui oblige le Conseil Départemental à prendre en charge l’éducation de ces individus jusqu’à leur majorité. Paradoxe suprême, aucun moyen légal ne permet au département de vérifier leur âge réel, alors même que celui qui est allégué est pris en compte de plein droit par l’administration. Dans les rues de Briançon, la population ne s’y trompe pas. Elle parle régulièrement “des mineurs isolés de 30 ans qui mesurent 1m80”…
« On marche sur la tête », diront certains. Non, nous sommes en France, le pays des droits de l’homme et de l’invasion subventionnée par le citoyen français, ce qui constitue un fait unique dans l’Histoire universelle. En effet, naguère, les populations se défendaient face à une invasion, question de survie simplement biologique.

Briancon2

Le commissariat de Briançon, un jour de semaine ordinaire

Le coût de cette politique délirante pour le département, pour la commune de Briançon, pour l’État et pour la région PACA (et donc pour le contribuable haut-alpin) ? “Secret défense” ou alors « pas de coût », selon les dires grotesques du maire socialiste immigrationniste de Briançon, Monsieur Gérard Fromm. Dans les faits, il est estimé à au moins 6 millions d‘euros pris en charge par le département qui de facto réduit d’autant les budgets vieillesse et d’aide à la jeunesse de nos concitoyens.


Du côté de la population, l’hébétude laisse place, peu à peu, à la colère. Une pétition, qui vise à condamner ce phénomène et surtout l’inertie des pouvoirs publics, a réuni plus de 3 000 signatures il y a quelques mois. Dans le droit fil, le Rassemblement national des Hautes-Alpes (RN05), régulièrement, comme ce fut le cas avant-hier à Montgenèvre, interpelle les pouvoirs publics sur l’absence de contrôle réel aux frontières, le surcoût induit pour les finances locales et surtout le manque de concertation avec les populations locales à qui on ne demande pas leur avis, comme s’il allait de soi qu’elle validait ce processus complètement délirant voulu par une petite minorité.
Pour information, 75 % des migrants accueillis en Allemagne depuis 2013 sont toujours sans emploi et un parallèle en la matière mérite la comparaison avec la situation française.


In fine, parler des solutions constitue un impératif au fur et à mesure que l’on avance dans le débat.
Le Rassemblement national 05 (RN05) propose un rétablissement des frontières avec un contrôle effectif du passage des biens et des personnes, une refonte complète du droit d‘asile et du droit de la nationalité avec, notamment, une expulsion immédiate des candidats déboutés du droit d‘asile. Sur le même registre juridique, une déjudiciarisation des procédures pour les fondre dans le cadre le plus restrictif du droit administratif s’impose.


Le parti suggère également la mise à plat complète du système de coopération avec les pays de la Méditerranée et de l’Afrique qui viserait à contrôler plus précisément l’utilisation des fonds alloués et à mieux évaluer la pertinence des projets de développement proposés.
Les populations, n’en déplaise à l’oligarchie médiatico politico financière, rejettent de plus en plus l’économie et l’expertocratie au profit des questions identitaires et de souveraineté. Traiter la question migratoire serait l’occasion, pour une classe politique largement discréditée, de regagner l’estime de la population mais, pour autant, elle n’en fait rien.


“L’homme de l’avenir est celui qui aura la plus longue mémoire”, comme disait Nietzsche. Espérons que cet homme-là soit français et non arabo-musulman ou africain.

Opération STOP IMMIGRATION à Montgenèvre

20180819_104336

Le Rassemblement National des Hautes-Alpes a organisé le dimanche 19 août 2018 à Montgenèvre de 9h à 12h une opération de sensibilisation de la population aux problèmes de l’immigration clandestine.

Deux immenses banderoles « Stop Immigration » ont été apposées de part et d’autre d’une passerelle au poste frontière.

Par cette action, qui a reçu un excellent accueil, le RN05 veut dénoncer la politique gouvernementale clairement pro-immigrationniste, caractérisée par le laxisme et l’inertie. Le RN propose de rétablir les contrôles aux frontières, la réforme du droit d’asile et de la nationalité, ainsi qu’un renouveau de la politique européenne de coopération avec les pays d’Afrique et de la Méditerranée.