Des lendemains qui ne chantent pas

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes.

Certains semblent surpris de voir la cote de popularité du président de la République commencer à choir. Elu sur des malentendus, il pouvait difficilement en aller autrement. Jeune, beau, affirmant prendre ce qu’il y avait de mieux à droite et à gauche, nul n’a voulu aller chercher plus loin, ce qui aurait néanmoins permis de voir qui le soutenait et, par conséquent, le programme qu’il serait appelé à mettre en œuvre. Il y avait pourtant des éléments de réponse dans ce qu’il avait annoncé. Renforcement de l’Union européenne : on baisse le budget de l’armée ; baisse des dépenses dites inutiles : on rabote sur la l’allocation logement ; regroupement des communes : on leur supprime de subventions pour les forcer à se regrouper, etc., etc, etc…
Que penser des maires des communes de notre département qui avaient appelé à voter pour Emmanuel Macron et se plaignent quand ils voient les aides de l’Etat se réduire de jour en en jour ; sont-ils prêts à reconnaître qu’ils se sont fourvoyés ? Sont-ils prêts à reconnaître que la candidate Marine Le Pen, la seule à vouloir maintenir le triptyque « commune-département-état », était justement celle qui répondait à leurs attentes dans ce domaine ?

Le Front National, avait prévu cela et encore bien d’autres sujets aussi brûlants qui seront le quotidien de notre rentrée. Il est et restera le seul véritable parti d’opposition au conglomérat qui soutient le gouvernement (des Républicains aux socialistes en passant par le « centre ») et tous ses élus sauront le rappeler au gouvernement. La fédération des Hautes Alpes se permet également de rappeler aux maires de ce département, que notre parti s’était engagé à maintenir toutes les communes de France (comme les départements) et s’étonne donc des cris d’orfraie poussés par les édiles, alors que les décisions actuelles sont conformes au programme de La République En Marche.

Le dernier wagon

Billet d’humeur de Jean-Luc Cerezo, responsable Front National de la ville de Gap

10359497Le parti socialiste est en décomposition avancée, il ne reste que quelques fidèles pas vraiment convaincus.

Quelques-uns s’accrochent, beaucoup décrochent.

Ils ont senti le vent tourner, ils suivent leur prédicateur, Manuel VALLS et bien d’autres socialistes ont rejoint le camp MACRON, il faut bien sauver les meubles, MACRON décrié il n’y a pas si longtemps par le pouvoir en place, n’avait-il pas critiqué et quitté le gouvernement auquel il appartenait.

À présent tout a changé, tout ce petit monde est d’accord, on peut se demander sur quoi, les ennemis d’hier sont les amis d’aujourd’hui.

Il en vient même de la droite, le centre n’en parlons pas, il n’a jamais su où il allait, changeant de bord à chaque élection, c’est qu’on appelle…un parti de conviction…

Le Chef de l’État qui se doit d’être intègre de par sa fonction a pris la parole et s’immisce dans la campagne présidentielle, mettant en garde les électeurs sur un vote « populiste » de droite comme de gauche.

Le dernier train socialiste est en route, aux commandes : MACRON, qui conduit péniblement ce convoi hétéroclite, composé d’hommes et de femmes du passé, chaque homme politique peu importe sa couleur, ses engagements, sa famille politique a sa place, chacun s’accroche au dernier wagon, la plupart veulent des places, c’est certain.

Vous les politiques, vous avez pendant des années, oubliés, le train du désespoir, le train du renoncement, le train de la pauvreté, le train de l’oubli, le train de la peur et vous osez maintenant prétendre que vous avez compris les incompris, c’est juste indécent.

Pour vous, ces trains étaient des trains fantômes, vous ne les avez pas vu ou vous n’avez pas voulu les voir…

Les Français dans la difficulté auront compris votre stratégie, à l’approche des élections vous pensez à eux, vous promettez, les promesses n’engagent que vous, et puis plus rien ne se passe, comme d’habitude.

MACRON promet, il promet d’augmenter la CSG, il promet de baisser l’impôt sur la fortune, qui de nous est concerné par cette réforme, il promet d’augmenter le nombre d’étrangers en France en favorisant les visas, à croire que nous n’avons pas de crise chez nous, c’est tout simplement insensé.

Il veut, et c’est plus grave, mettre en péril notre culture, notre histoire, nos valeurs, nos coutumes, relisez ses discours et déclarations, ils sont édifiants.

Ceux qui ont conduit notre pays à la ruine ne changeront rien, ils ne feront qu’aggraver cette situation, en privilégiant le mondialisme, le libre-échangisme sans règle aucune, dans une Europe passoire, à bout de souffle, désemparée et inefficace.

Il faut sauver notre pays, la France, c’est la mission première de Marine le PEN.

C’est un défi, car elle se bat contre tous ou presque tous, des intérêts financiers sont en jeu.

Nous luttons, nous vaincrons, certain de défendre la bonne cause, votre cause.

VIVE MARINE.

Notre combat

Billet d’humeur de Jean-Luc Cerezo, responsable Front National de la ville de Gap.

mlp_twittercover_francepuissante

Les partis politiques de droite, de gauche et du centre ne ménagent pas leurs efforts pour combattre le Front National, il ne se passe pas un jour sans qu’un adversaire politique n’enfonce un peu plus le clou, le clou de la rédemption ?

Nous nous n’avons pas  un bilan à défendre, nous n’avons pas eu la possibilité de mette en œuvre notre programme politique, sauf dans les communes que nous dirigeons et là nous avons été plébiscités, bonne gestion, baisse de la fiscalité, baisse de la délinquance…

Nos adversaires n’ont-ils rien d’autre à proposer aux électeurs Français que la critique de notre parti ? On en doute…

Le Front National combat uniquement la souffrance de beaucoup de Français.

Le Front National combat ce qui fait souffrir les Français depuis des années, la pauvreté, la précarité, le chômage, l’instabilité, le désordre, la violence, la régression sociale, la baisse du pouvoir d’achat (environ 350€ par mois et par personne depuis 2001)

Le vrai combat, c’est de lutter contre les inégalités sociales, les riches n’ont jamais été aussi riches et les pauvres aussi pauvres et de plus en plus nombreux, c’est un fait établi et une profonde injustice.

Le vrai combat, c’est aussi de proposer une solution globale de sortie de crise, car nous sommes bien en crise, crise institutionnelle, car le peuple est désabusé par les pouvoirs politiques, crise de l’emploi, crise du logement qui laisse sur la route nombre de Français, crise agricole qui chaque année fait de nombreuses victimes, ces agriculteurs qui n’en peuvent plus, la liste est longue.

Les gouvernements de droite et de gauche sont passés par là, ils se rejettent mutuellement la responsabilité de ces échecs (responsable mais pas coupable)

L’héritage est lourd, car bien des pans de notre société sont à l’agonie, la justice, la police, l’armée, les services hospitaliers, les pompiers sont aux abois, ils appellent à l’aide depuis des années et rien ne se passe, les effectifs de ces corporations ont fondu comme neige au soleil pour un travail toujours aussi difficile, sans reconnaissance aucune.

Il faut un changement radical de politique, la même depuis 20 ans et pour quels résultats?

C’est le défi et le combat de Marine LE PEN, relever la France, notre pays sortira grandi de ces années d’incurie.

FRANÇAIS, FRANCAISES LA FATALITE N’EXISTE PAS, LE VRAI CHANGEMENT EST POSSIBLE GRACE A VOUS ET POUR VOUS.

Services publics, la mort lente de nos provinces

Communiqué de presse de la fédération départementale du Front National des Hautes-Alpes.

logo-marine-presidente

La fédération départementale du Front National des Hautes Alpes regrette la décision de fermeture provisoire de la Maison de Justice et du Droit de Briançon qui prive notre unique sous-préfecture d’un service de proximité très apprécié des justiciables. Tant pis pour les 2 400 habitants du Briançonnais à qui cette maison permettait chaque année d’éviter des déplacements au palais de justice de Gap, puisque le tribunal d’instance avait déjà fermé le 1er janvier 2010. Cette décision semble avoir été prise au vu du manque récurrent de personnel, notamment de greffier, au TGI de Gap.

Cette situation n’est pas isolée, on la retrouve dans de nombreux tribunaux de France, où l’on déshabille les campagnes pour habiller des banlieues toujours qualifiées de défavorisées, alors que ce sont nos campagnes qui meurent. Nous savons tous que la justice va mal parce que saturée depuis des années, que ses personnels sont épuisés, contraints parfois d’officier dans plusieurs services et qu’elle ne survit que
grâce au dévouement de ses fonctionnaires, tous grades confondus.

Marine Le Pen et le Front National n’acceptent pas cette déchéance d’un
pouvoir régalien garant de l’égalité de tous, même et surtout des plus
faibles et de la survie d’une véritable démocratie.

Elle y veillera, nous y veillerons.

Épidémie de grippe : l’urgence de remettre de l’ordre

urgence-infirmierCommuniqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes, et d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur
 
Alors que l’épidémie débutait il y a quelques jours, le ministre de la santé Marisol Touraine appelait tous les porteurs de symptômes grippaux à se rendre dans un service d’urgence, sans en prévoir les saturations évidentes.
 –
Dans les Hautes-Alpes, la forte fréquentation des urgences a donné lieu à une très bonne capacité d’adaptation du personnel de santé de nos hôpitaux, palliant l’incurie des politiques qui ne tirent jamais les leçons de leurs erreurs. La situation semble se calmer mais les risques de rechute sont encore forts. 
 –
Cette situation met en outre en avant la nécessaire réforme en profondeur de notre système de santé que Marine Le Pen et le Front National veulent engager, loin des funestes projets de sape sanitaire d’un François Fillon ou des « automédications numériques » d’un Emmanuel Macron. 

 AUTRICHE : LE PREMIER PAS

P1060570recadréeTribune libre de Jean-Luc CEREZO, responsable adjoint ville de Gap

 De très bons résultats, plus de 36,4% des voix au premier tour des élections présidentielles pour Norbert HOFERT candidat du parti le FPÖ.

C’est incontestablement un signe encourageant pour le camp des « euros-septiques ».

 Les médias, les politiciens, tous pays confondus ne s’en cachent pas : le FPÖ est, pour eux, indéniablement un parti d’extrême droite ! Dès lors qu’un mouvement propose une politique totalement différente qui ne rentre pas dans le moule européen, mais qui aspire à plus de souveraineté pour son peuple, c’est la caricature, l’embargo, l’omerta.

 Les partis que l’on nomme populistes ont un atout de taille, ils sont dévoués à la cause de leur nation et de leur peuple, et comme le rappelle le candidat du FPÖ : « Je m’occuperai en priorité de mon peuple, et après je verrai ». S’occuper en priorité de sa nation, certains hommes politiques l’ont malheureusement et depuis trop longtemps oublié.

 Aujourd’hui le constat est sans appel : les européens sont touchés de plein fouet par le chômage, la pauvreté, la délinquance.

 Il serait vain et utopique de croire à une embellie en l’état des choses. Et l’arrivée de centaines de migrants pèse chaque jour un peu plus sur notre économie déjà à l’agonie.

 Les gouvernements se succèdent, laissant le peuple crouler sous un fardeau qui s’alourdit irrémédiablement.

 Nous sommes bien loin de Vercingétorix, Jeanne d’Arc, Charles Martel ou Charles De Gaulle, tous ces héros qui ont vaillamment défendu notre patrie contre l’envahisseur parfois au péril de leur vie  pour que nous conservions notre identité, notre culture, nos valeurs.

 Allons-nous après tant de luttes, de sacrifices, de guerres, laisser notre beau pays aux mains de la finance internationale qui n’a que faire des peuples et de leurs souffrances, de leurs aspirations, de leurs volontés ?

Un réel changement s’impose, le Front National et de nombreux mouvements Européens aspirent à plus de justice sociale, plus de démocratie, plus d’indépendance.

 L’espoir, c’est Marine Le PEN, seule à proposer une véritable alternative…soyons prêts…