Nouveau nom, nouveau site

Depuis le 1er juin 2018 le Front National est devenu le Rassemblement National. Retrouvez-nous désormais sur le site :

http://www.rassemblement-national05.fr

thumbnail_LOGO_RASS_NAT_RESERVE

Publicités

Transformation de la Providence : la fausse bonne idée

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, délégué départemental adjoint du Front National des Hautes-Alpes

Réhabiliter un couvent en 90 logements sociaux, l’idée part d’un bon sentiment. Seulement, la ville de Gap en est d’ores et déjà dotée d’environ 18%. Peut-être faudrait-il d’ailleurs s’alarmer de la nouvelle législation imposant aux communes de plus de 15000 habitants un taux de 25% ?!

Déjà proposé à l’achat à l’OPH en 2017, ce bien était semble-t-il trop cher. Alors on peut légitimement se demander pourquoi ce qui était impossible l’année dernière l’est aujourd’hui ?

Accessibles et spacieux, ces bâtiments avaient tous les avantages  pour être transformés en une nouvelle Mairie, comme le souhaitait à l’époque M. Bernard-Reymond et ainsi ressembler un tant soit peu à une providence pour les Gapençais.

 

Plus c’est gros, plus ça passe

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental adjoint du Front National des Hautes-Alpes

Les Gapençais ont eu la surprise d’apprendre que Karine Berger, conseillère municipale d’opposition de leur ville et ancien député a décidé de démissionner du conseil municipal faisant opportunément « monter » le suivant de liste, son ami politique Christophe Pierrel. Ce dernier fera donc son entrée au conseil municipal avec un peu de retard, ou pour certains par anticipation sur les prochaines échéances municipales…

Cette annonce doit être vue comme ce qu’elle est : les Gapençais qui n’ont jamais élu M. Pierrel le voient revenir par la petite fenêtre dans la vie politique locale.

Donnons un avenir à nos campagnes !

fb_20150705_23_56_32_saved_pictureCommuniqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes.

Emmanuel Macron se lance dans une nouvelle opération de communication en allant présenter ses vœux au monde agricole les 25 et 26 janvier dans le Puy-de-Dôme.


Si l’image est belle, la réalité est bien différente. Le monde rural est systématiquement la victime de la politique du « tout-urbain » que mènent les gouvernements de tous bords, y compris bien sûr celui d’Édouard Philippe.


Abandon des services publics de proximité, fermeture des gendarmeries, abandon de lignes de TER (en particulier la menace pesant sur la ligne Gap-Grenoble), fermeture de classes : nos campagnes subissent de plein fouet le désengagement de l’État alors qu’en même temps la politique de la ville aura coûté 100 milliards en 30 ans, en vain.


La récente guerre lancée contre les automobilistes va accélérer le phénomène : ce sont en effet les habitants des zones rurales qui ont le plus besoin de leur véhicule puisque les transports en commun en sont absents et que les services se sont éloignés.


Le Front National croit, quant à lui, à l’avenir de nos campagnes et propose la mise en place d’un bouclier rural pour que chaque Français puisse avoir rapidement accès aux services publics.

Limitation de vitesse : pour quels bénéfices ?

26196411_10156006070725750_6287253697970403644_n

Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

Le Premier ministre vient de trouver la solution pour faire baisser le nombre d’accidents de la route, du moins c’est ce qu’il doit penser, lorsque, déconnecté de la réalité, il traverse les rues de Paris à tombereau ouvert, précédé par une escorte de police, dans sa voiture avec chauffeur, ou lorsqu’il prend un avion privé ou enfin lorsqu’il voyage confortablement assis dans le fauteuil d’un TGV.  Ses conseillers et les présentateurs des grands médias, peu habitués aux routes départementales, lui font chorus.

                                                                              –
Monsieur le Premier ministre a-t-il demandé leur avis aux petites gens, qui n’ont pas la chance d’habiter dans une grande ville, aux transports en commun denses et fréquents, obligées de prendre leur véhicule pour aller travailler, accompagner leurs enfants à l’école, aller faire leurs courses, et dont le budget carburant augmente quotidiennement ? Monsieur le Premier ministre sait-il que tout le monde n’a pas les moyens d’emprunter les autoroutes aux péages, dont il condescend à ne pas rabaisser la vitesse ? Monsieur le Premier ministre sait-il d’ailleurs qu’il existe des départements où les réseaux autoroutiers sont quasi-inexistants ?

                                                                             –
La fédération départementale du Front National des Hautes-Alpes  considère que cette limitation, justifiée par de simples statistiques dont on sait qu’elles manipulables à l’envie, s’élève contre cette mesure, dont les premières victimes sont les habitants des départements ruraux qui n’auront d’autre choix que de mettre plus de temps pour effectuer leurs déplacements, augmenter les bénéfices des sociétés autoroutières ou remplir les caisses de l’État, via des radars pompes à fric. Les solutions pour faire baisser les accidents sont connues : entretien des routes et contrôles aléatoires : pourquoi ne sont-elles pas mises en œuvre ?

Signez notre pétition 👉🏻 http://www.frontnational.com/abaissement-de-la-vitesse-sur-les-routes-secondaires-larnaque-du-gouvernement/.

Les traditions perdurent !

BEAUJOLAIS NOUVEAU 2017

Le samedi 18 novembre se tenait le Beaujolais Nouveau organisé par la fédération Front National des Hautes-Alpes. Plus d’une quarantaine d’adhérents ont répondu présents. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

                                   Amaury Navarranne, conseiller régional, était parmi nous.

                                                                                           OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Délinquance étrangère : une nouvelle qui fait peur !

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental du FNJ et responsable du secteur du Laragnais.

Au soir du 31 octobre, des actes de délinquances ont été dénombrés sur la commune de Gap, une fois de plus. Il a été notament question de violation de domicile. Arrêtés, les individus concernés répondront de leurs actes devant la Justice. Espérons-le.

Espérons-le, car de toute évidence l’État de droit n’a pas été respecté jusqu’à présent quant à la situation irrégulière de l’un d’eux. Pourquoi la France n’est-elle pas capable de faire appliquer ses propres lois en 2017 ? Il ne suffit pas de dire que l’on refuse une personne sur notre territoire, (visiblement à juste titre !) mais il faut le faire…

Cette situation n’est pas propre aux Hautes-Alpes, mais pour autant, la multiplication des délits liés à l’immigration n’émeut pas nos députés alpins. Nous devons réaffirmer l’esprit initial du droit d’asile et expulser les délinquants et criminels étrangers au même titre que les migrants illégaux, qui, rappelons-le, enfreignent la loi dès lors qu’ils ont un pied sur le territoire national.

Réinstallons les portes de notre maison France, et expulsons pour mieux nous protéger !

23131972_912555258897887_5114164680173169915_n

Le vélo électrique ou l’idéologie du « faire croire »

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription)

Ils sont partout…qui? Les vélos électriques bien sûr.velo-full-1024x712

Dernier signe de ralliement de la classe bobo-libertaire, les vélos électriques sont parmi nous.
Dans nos villes mais aussi dans nos campagnes, ils font la joie de ces sportifs du dimanche qui n’ont de sportif que le mot.
Parlons de l’engin mécanique en lui-même : des prix qui s’étalent de 1 500 à 2000 euros voire plus…


Vous l’aurez compris, ce loisir n’est pas à la portée de « n’importe quel plouc,  qui sent le gros rouge qui tache » pour reprendre la doxa médiatique.
Sa symbolique : le « faire croire ». Faire croire que l’on est sportif alors qu’on ne l’est pas, que l’on est modeste alors que l’on est un bourgeois, que l’on est proche de la nature alors que les batteries des dits objets polluent, que l’immigration est une bonne chose alors qu’elle détruit de la valeur économique et culturelle, que les droits de l’Homme vont sauver le monde alors qu’ils détruisent notre civilisation et notre peuple.
« Le faire croire que » en 2017, c’est Tartuffe réactualisé, comme un révélateur explicite de notre époque.


D’autres (le peuple) préfèrent le principe de réalité. C’est cette classe protéiforme qui se lève  pour travailler,  pour prendre les transports en commun bondés et insécurisés,  qui se fait matraquer par le fisc et qui, de ce fait, ne peut pas se payer des bicyclettes à 2 000 euros pour partir faire son marché bio.
Cette classe, c’est l’avenir de notre pays. C’est la classe moyenne, celle qui constitue l’épine dorsale de notre pays. Celle qui versait le sang jadis à Verdun, celle qui se battra le jour venu, celle qui défendra nos frontières et notre territoire contre les bobos mondialistes prêts à tout pour continuer « à nous faire croire que »…

Les feuilles d’automne

fn-flammeBillet d’humeur de Martine Lecointre, trésorière de la fédération Front National des Hautes-Alpes.


Avec l’automne arrive la chute des feuilles…d’impôts locaux. Je parle ici pour le Buëch et le Sisteronnais.
En comparant celles de l’année précédente avec celles de 2017, je constate quelques petites différences.
Déjà, légère revalorisation des bases locatives. C’est normal me direz vous, puisque l’État les revalorise chaque année via la loi de finances. Notez bien par ailleurs que nous avons intégré la communauté de communes du Sisteronnais. L’année dernière, au niveau de l’interco, pas de variation des taux. Cette année, oui, pour ce qui est de la taxe d’habitation. 2,05%. Idem 1/2 point environ pour la taxe foncière, pour la part départementale.


D’ici peu, je vous fiche mon billet (ça vous rappelle quelque chose?) que nous verrons une augmentation pour financer l’accueil des migrants. Eh oui, ils sont visibles maintenant dans le département! Et puis, dernière petite nouveauté : une nouvelle colonne pour provisionner des dépenses de réfection de digues! Nos amis laragnais vont être contents! Je suis convaincue qu’ils cracheront au bassinet, compte tenu de l’audit qui avait été réalisé par le SMIGIBA en 2012/2013, de mémoire, et qui avait mis en évidence le mauvais état du lit du Buëch, fragilisé par les prélèvements de sable, et des digues! Cela s’appelle la taxe GEMAPI. Petit cadeau de l’État aux collectivités territoriales, le transfert de cette compétence qui lui revenait avant.

Certains étaient déjà contents de ne bientôt plus payer de taxe d’habitation (encore que, ils ne seront pas 80%). Eh bien non! À partir du 1er janvier 2018, cette nouvelle taxe entrera en vigueur, tout est prêt, il n’y a plus qu’à en fixer l’assiette et le taux! Tous les fleuves, rivières ou torrents qui ont une fâcheuse tendance à déborder seront concernés. Les riverains ne seront peut être pas les seuls a y être assujettis, peut être s’y ajouteront les populations incluses dans les bassins versants ? Non seulement les maires voient leurs dotations baisser, leurs recettes de fiscalité locale amputées, mais ils doivent aussi assumer la mise en oeuvre de cette taxe, sous peine de voir leur responsabilité engagée en cas de sinistre sur leur commune, avec l’obligation de devenir leur propre assureur. Elle est pas belle, la vie?

Comment faire des économies sur le dos du peuple ?

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

Le gouvernement d’Edouard Philippe vient de décider une baisse cumulée de soixante cinq euros par loyer des aides versées directement ou non aux bénéficiaires de logements HLM.


Si la baisse de cinq euros de l’Aide Personnalisée au Logement a pu paraître anecdotique, la diminution de fait de soixante euros supportée par les seuls offices HLM est un coup très sévère porté à des organismes dont les budgets sont souvent très tendus. Les priver d’une ressource importante, c’est priver leurs locataires de services qui ne sont pas superflus : travaux d’isolation phonique et thermique, de peinture, entretien des ascenseurs, réhabilitation, … Qui peut dire que les offices pourront continuer à investir dans tout ce qui touche à la sécurité ?

 –
Le Front National constate, qu’une fois de plus,  ce sont les « petites gens », cette population qui a le plus besoin de la solidarité nationale, qui est laissée de côté, au profit d’un soi-disant retour à l’équilibre, ce fameux déficit dont les Français ne sont pas responsables. Et s’il faut faire des économies, pourquoi ne pas puiser dans le budget de la politique de la ville, 410 millions d’euros dont personne n’a jamais vu les retombées ?