Revue de presse du 5 novembre 2015

2015.11.5.LeDauphine.MMLP.navarranne.prog.éco

2015.11.05.emedia.MMLP.navarranne

2015.11.05.alpes1.MMLP.navarranne

2015.11.5.LeDauphine.migrants.navarranne

Erreur, lenteur ou irrégularité ?

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne
Tête de liste FN Hautes-Alpes aux régionales PACA
Le conseil départemental des Hautes-Alpes a eu droit, la semaine dernière, à une très officielle présentation du programme du candidat Estrosi par sa tête de liste locale, Chantal Eyméoud, non-élue dans cette institution.  
Sauf erreur de notre part, nous n’avons pas été contactés par le président du Conseil départemental, Jean-Marie Bernard, pour présenter à notre tour et de manière égalitaire notre programme devant les élus de son assemblée. L’invitation s’est peut-être égarée, malgré la centaine de mètres qui sépare le siège du département de notre permanence du boulevard de la Libération. Ou bien est-elle encore en cours d’impression…
La vérité est en fait toute autre : la pseudo-droite départementale est bien à l’image de ces ministres PS (notamment du 1er ministre Manuel Valls) qui faisaient par exemple campagne un peu partout en France contre le Front National lors du dernier scrutin. En matière de mépris et de parti pris avec les deniers publics, plus c’est gros, plus ça passe !
eymeoud.prog.estrosi.CD05

Pourquoi se priverait-on de notre argent ?! 

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne
Tête de liste « La France plein Sud » pour les Hautes-Alpes
Un ancien sénateur centriste a cru utile de brocarder notre souhait de réorienter certains fonds européens gérés aujourd’hui par les régions. Ces sommes qui repartent à Bruxelles, ne trouvant pas preneur dans les projets actuels, pourraient être en effet engagées par exemple dans un projet de ligne haute tension pour les Hautes-Alpes avec bien plus d’enfouissement que dans le projet actuel.

Utilisant la rengaine « le FN est contre l’Europe mais veut quand même l’argent de l’Europe », il nous semble utile d’apporter les précisions suivantes :
– l’argent « de l’Europe » c’est l’argent des contribuables européens, dont celui des Français : en versant 22 milliards à l’UE et en n’en récupérant que 13 chaque année, les Français méritent que leur argent ne soit pas gaspillé !
– la contestation d’un système n’interdit pas de participer à ses institutions : il est légitime d’agir dans le cadre existant pour pouvoir le changer ou l’améliorer.

Ces quelques évidences rappelleront peut-être à Monsieur Pierre Bernard-Reymond cette belle maxime : on peut tout faire avec une baïonnette, sauf s’asseoir dessus…
LeDauphine.11.10.2015.THT