Chantal Eymeoud, super vice-présidente

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes
.
Christian Estrosi, nouveau président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, avait déclaré faire de la culture une priorité de son mandat. Six mois plus tard, c’est pourtant sa vice-présidente à la culture Sophie Joissains qui vient de démissionner purement et simplement du Conseil régional, qu’elle juge « hors-sol ».
.
Au lieu de l’élection d’un nouveau vice-président à la culture et au patrimoine, le choix s’est porté sur Chantal Eymeoud, Maire d’Embrun et déjà vice-présidente aux entreprises, à l’artisanat et à l’économie de montagne. Cherchez le lien.
.
Plutôt qu’une importante remise en question de la pratique estrosiste dans ce domaine, les affaires culturelles seront désormais envisagées comme probablement secondaires. Enfin une vice-présidence en région, s’est semble-t-il reprendre le vice de Christian Estrosi : des délégations pléthoriques comme celles que l’ancien édile de la ville de Nice vient de s’octroyer en laissant sa place de Maire tout en prenant celle de « super premier-adjoint ». Symptomatique…

Erreur, lenteur ou irrégularité ?

Navarranne.bras.tlnCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne
Tête de liste FN Hautes-Alpes aux régionales PACA
Le conseil départemental des Hautes-Alpes a eu droit, la semaine dernière, à une très officielle présentation du programme du candidat Estrosi par sa tête de liste locale, Chantal Eyméoud, non-élue dans cette institution.  
Sauf erreur de notre part, nous n’avons pas été contactés par le président du Conseil départemental, Jean-Marie Bernard, pour présenter à notre tour et de manière égalitaire notre programme devant les élus de son assemblée. L’invitation s’est peut-être égarée, malgré la centaine de mètres qui sépare le siège du département de notre permanence du boulevard de la Libération. Ou bien est-elle encore en cours d’impression…
La vérité est en fait toute autre : la pseudo-droite départementale est bien à l’image de ces ministres PS (notamment du 1er ministre Manuel Valls) qui faisaient par exemple campagne un peu partout en France contre le Front National lors du dernier scrutin. En matière de mépris et de parti pris avec les deniers publics, plus c’est gros, plus ça passe !
eymeoud.prog.estrosi.CD05