À notre ami

patrick_deroinCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller national du Rassemblement National, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le délégué départemental du Rassemblement National des Hautes-Alpes, Patrick Deroin, vient de nous quitter. Il luttait depuis un an contre la maladie qui le rongeait, avec courage et pugnacité comme il a mené toute sa vie. Officier de Marine, il avait choisi les Alpes du Sud pour prendre sa retraite, lui qui aimait tant randonner dans ces montagnes qui élèvent l’homme.

A tous les siens, nous présentons nos sincères condoléances. Sa famille politique à laquelle il était si attaché, d’abord discrètement lorsqu’il servait la France en observant son devoir de réserve, puis publiquement dans ses nombreuses candidatures sous les couleurs du Front National, pleure un camarade. Que la Foi catholique qui l’animait puisse l’endormir à présent dans une paix certaine.

Publicités

Leçons pour un déplacement du 1er ministre à 150.000€ le trajet…

40790371_2156024131353368_8219165935240478720_nCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller national du Rassemblement National, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur


Le Canard Enchaîné de ce jour fait le calcul du coût de déplacement fin août du Premier ministre Édouard Philippe dans les Hautes-Alpes, lors des Assises de l’eau. Ce jour-là, il n’a pas apporté plus qu’une annonce sur une « aide » au règlement de la facture pour certains particuliers et le nécessaire entretien des canalisations par les collectivités.


Selon le palmipède, sur la base des coûts estimés par la Cour des comptes, 150.000€ auraient été nécessaires pour effectuer le trajet. Des problèmes météos et un agenda chargé auraient obligé la monopolisation de deux avions et de deux hélicoptères.


Pour le Rassemblement National, ce montant exorbitant est tout simplement la preuve, s’il en était besoin, de l’enclavement perpétuel des Hautes-Alpes et de ses grandes difficultés d’accès. L’absence d’un plan d’aménagement du territoire cohérent accentue ces déséquilibres. La leçon du 28 août servira-elle au gouvernement ? Dans les Alpes du Sud on supporte cela depuis déjà trop longtemps…

Une vraie frontière au col de l’Échelle (05) : de jeunes militants prouvent que c’est possible !

31131138_2047165868905862_6944995111570767872_o

Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller national du Front National, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (Hautes-Alpes)

Depuis hier, de jeunes militants ont matérialisé une frontière avec des filets pare neige au col de l’Echelle dans les Hautes-Alpes, lieu de passage des migrants clandestins entre l’Italie et la France. Cette action a suscité de nombreuses réactions.


Les plus hostiles ont émané de personnalités politiques ou associatives favorables à l’immigration massive, qui organisent l’appel d’air et la submersion migratoire.


Mais cet acte légitime et salutaire de cette jeunesse qui refuse de voir en spectateur le drame migratoire qui touche notre pays et notre continent a surtout été salué par une grande majorité de gens. Elle participe, dans son registre particulier et son mode d’action spécifique, à la lutte contre l’immigration massive, les mafias, les passeurs, la traite inhumaine et le déracinement.

Non au cadeau de nos ouvrages stratégiques à des logiques de profits privés !

29468287_2031060600516389_7593038035097223168_oCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller national du Front National, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Le gouvernement vient d’annoncer ces derniers jours qu’il souhaite procéder à « d’importantes privatisations ». Dans les Hautes-Alpes, par exemple, le barrage de Serre-Ponçon se retrouve à nouveau dans l’éventualité de se voir ouvrir à la concurrence et au secteur financier.

Cette éventualité constituerait une faute sécuritaire, revenant à livrer des ouvrages stratégiques à des logiques de profits privés qui pourraient exiger des concessions aux communes et autres structures touristiques.

Fervent défenseur de la souveraineté et de l’indépendance énergétique de la France, le Front National s’est toujours opposé à l’ouverture à la concurrence de barrages hydroélectriques qui, en plus d’être rentables et sécurisés, représentent 70% de notre énergie renouvelable. Partout où nous siégeons nous n’aurons de cesse de défendre les intérêts des Français !

Identité, j’écris ton nom : Provence-Alpes-Côte d’Azur !

fb_20150705_23_56_32_saved_pictureCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, membre du comité central du Front National

Alors que nous siégions toute la journée d’hier en Assemblée plénière du conseil régional, nous avons découvert dans la soirée que Renaud Muselier, président de la collectivité, annonçait changer le nom en « Sud ». Si une délibération, passée en toute fin de séance (avec abstention du groupe FN), elle concernait la création et le dépôt d’une marque « Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur » : JAMAIS il n’a été question d’un changement de nom de la Région !

Une décision aussi importante et engageante (y compris sur le plan financier) ne peut être le fruit d’une lubie, fut-elle celle du Président de la Région. Nulle part, nous n’avons vu de telles décisions prises sans consultation et concertation, et la réaction populaire très négative que l’on voit déjà poindre sur les réseaux sociaux est à la hauteur de l’impréparation et la brutalité de ce changement.

Nous dénonçons ce coup de force, et affirmons le droit des Provençaux, Alpins et Azuréens à décider du nom de leur Région, et son blason, celui qui rassemble ceux de ses provinces charnelles.

L’opposition régionale demande solennellement à Renaud Muselier d’engager d’abord un grand débat avec les habitants de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Visite de la fédération des CUMA des Hautes-Alpes

Amaury Navarranne, conseiller régional, rencontrait hier après-midi, avec Patrick Deroin (Secrétaire Départemental FN05) et son adjoint Cyril Gamba la fédération des CUMA des Hautes-Alpes, son président Guillaume Lesbros et des membres de son conseil d’administration. Des échanges passionnants avec ces acteurs du monde agricole et des problématiques sur lesquelles nous travaillons et où nous avons pris l’engagement d’agir.

Départ du Préfet Court pour l’Ardèche : un serviteur de l’État

fn-flammeCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Patrick Deroin, secrétaire départemental de Front National des Haute-Alpes

Avec l’annonce du départ du préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, pour le département de l’Ardèche, nous tenons à saluer un homme qui a servi l’Etat dans notre département avec une obligeance notable, une attention humaine particulière, de la rectitude et du dévouement.

Nous n’avons pas toujours été d’accord avec les orientations et directives qu’il avait la charge d’appliquer, comme sur la question des « migrants », mais à chaque acte ou action il était évident qu’un sens du bien commun animait le préfet Court.

Nous lui souhaitons bonne route pour cette nouvelle aventure et attendons la nomination de son successeur.