La presse en parle

Capture4

 

Publicités

Transformation de la Providence : la fausse bonne idée

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, délégué départemental adjoint du Front National des Hautes-Alpes

Réhabiliter un couvent en 90 logements sociaux, l’idée part d’un bon sentiment. Seulement, la ville de Gap en est d’ores et déjà dotée d’environ 18%. Peut-être faudrait-il d’ailleurs s’alarmer de la nouvelle législation imposant aux communes de plus de 15000 habitants un taux de 25% ?!

Déjà proposé à l’achat à l’OPH en 2017, ce bien était semble-t-il trop cher. Alors on peut légitimement se demander pourquoi ce qui était impossible l’année dernière l’est aujourd’hui ?

Accessibles et spacieux, ces bâtiments avaient tous les avantages  pour être transformés en une nouvelle Mairie, comme le souhaitait à l’époque M. Bernard-Reymond et ainsi ressembler un tant soit peu à une providence pour les Gapençais.

 

Plus c’est gros, plus ça passe

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental adjoint du Front National des Hautes-Alpes

Les Gapençais ont eu la surprise d’apprendre que Karine Berger, conseillère municipale d’opposition de leur ville et ancien député a décidé de démissionner du conseil municipal faisant opportunément « monter » le suivant de liste, son ami politique Christophe Pierrel. Ce dernier fera donc son entrée au conseil municipal avec un peu de retard, ou pour certains par anticipation sur les prochaines échéances municipales…

Cette annonce doit être vue comme ce qu’elle est : les Gapençais qui n’ont jamais élu M. Pierrel le voient revenir par la petite fenêtre dans la vie politique locale.

Les hystériques de La France Insoumise

Bâillement_hystérique_(5389383519)Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

Ce jeudi, à Montgenèvre, deux militants du Front National distribuaient des tracts, dénonçant les méfaits de l’immigration massive pour les Français.


S’apercevant de cela, une voiture s’arrête, deux personnes hystériques en sortent, abreuvant d’injures nos militants surpris par un déferlement si soudain de haine. Le conducteur, un homme, s’avance menaçant, alors que la femme exhibe une carte, qu’elle brandit comme un laissez-passer supposé la mettre au-dessus des lois. Qu’elle n’est pas la surprise d’y découvrir le nom d’Aurélie Poyau, maire adjointe de Briançon et conseillère départementale représentant La France Insoumise. Elle ajoute qu’elle a aidé 4 migrants à franchir la frontière dans la nuit du 7 au 8 mars; par le col de Montgenèvre.


Madame Poyau, à l’instar des élus de son parti, ne peut supporter que l’on puisse ne pas penser comme elle et voudrait interdire à ses adversaires le simple droit de s’exprimer. Les médias commencent à relever les dérives mélenchonistes nationales, on ne s’attendait pas à voir ses affidés pratiquer la même terreur intellectuelle dans notre département.


Messieurs Jean-Marie Bernard et Gérard Fromm vont être informés des agissements de leur élue.

Madame Nyssen, la vallée de Névache et les migrants

fn-flammeBillet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives 2017 (2eme circonscription)

Nous la connaissons tous et nous l’avons déjà entraperçue sur nos écrans de télévision : la cinquantaine bien tassée, un look bobo qui trahit une longue carrière dans l’édition, et au passage, une des plus grosses fortunes du gouvernement Philippe (qui a dit que les bobos n’aimaient pas l’argent ?…).

                                                                                     –
Madame le Ministre veut tout, « ce que femme veut, Dieu veut » comme dit le proverbe : Certes, attirer le plus de migrants possible en France pour se conformer à la « religion des droits de l’Homme » comme dirait Jean-Louis Harouel mais pas seulement. En tant que ministre de la culture, elle veut aussi sensibiliser les migrants aux délices du théâtre français en leur attribuant des places gratuites aux spectacles et à l’art du Grand Siècle en multipliant les visites de Versailles. Elle soutient aussi des expositions pour les artistes migrants en mal de reconnaissance dans notre pays qui deviendront, certainement, les Basquiat du XXIème siècle.

                                                                                      –
Quelle belle morale me direz-vous ! En effet, s’il existait un championnat du monde de la compétition morale, Madame Nyssen aurait obtenu, à n’en pas douter, la médaille d’or.
Pendant ce temps, dans les Hautes-Alpes, plus de 2 500 migrants (« chiffres officiels ») originaires d’Afrique et du moyen orient se sont déversés depuis un an, dans notre département. Un « certain nombre » ne sont pas mineurs (admirez la litote) pour autant, le coût engendré, qui sera supporté par le Conseil Départemental des Hautes-Alpes avoisine déjà les 3 millions d’euros…Les hébergements d’urgence se multiplient dans le briançonnais avec comme porte-parole de la cause, le maire de Briançon Monsieur Fromm soulignait il y a peu, en pleine séance du Conseil Départemental, que la France avait « pillé l’Afrique ».

                                                                                    –
Ce flux migratoire transite essentiellement par la vallée frontalière de Névache qui constitue le nouveau point d’entrée depuis l’Italie.
Récemment, j’ai appris dans la presse locale que Madame Nyssen était propriétaire d’un chalet dans la vallée de Névache, alors une idée m’est tout de suite venue à l’esprit :
Madame Nyssen, prêtez votre chalet pour accueillir des migrants afin de donner l’exemple à ces français de souche qui refusent la collaboration des cultures et le vivre-ensemble, ce qui vous permettra, sans aucun doute, de décrocher la médaille d’or olympique de la compétition morale.

Collomb, Macron et les autres : voici ce qui leur manque…

1493843939_boulevard-voltaire

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives 2017 (2eme circonscription), repris de Boulevard Voltaire.

Marketer la police de sécurité du quotidien (PSQ) sans parler de justice et d’immigration, c’est la belle pirouette dont monsieur Collomb nous a gratifiés en ce début d’année…

                                                                              –
Étendre l’Empire, comme le fit Auguste, vouloir imposer la République tout entière à l’Europe selon Napoléon, dire non au nazisme dans la doctrine du général de Gaulle, combattre le régime soviétique à la façon de Soljenitsyne. Et si le courage n’était pas, en fait, le moteur de l’Histoire, grand ignoré de Marx qui ne le mentionne pas dans son œuvre ?

                                                                              –
Un constat simple : depuis une quarantaine d’années, nous assistons au déclin de la valeur « courage », valeur fondatrice de l’histoire humaine, en particulier en Occident (la notion de courage, en Orient, mériterait un développement spécifique).

                                                                               –
Les raisons à ce changement sont multiples : une technocratie envahissante qui annihile les personnalités, une féminisation croissante de la société qui érige la paix en valeur suprême ainsi qu’un irénisme récurrent issu de la religion des Droits de l’Homme. Ces facteurs nous ont conduits dans une impasse anthropologique. L’Homme devient lâche par essence : il tue ses semblables en appuyant sur le bouton de commande d’un drone, il braque une banque avec un logiciel espion, il gagne des millions en restant assis devant un écran, en ne risquant rien ou presque rien, en tout cas pas ce qu’il a de plus précieux – sa vie.

                                                                                 –
La question est la suivante : l’Homme est-il toujours un Homme s’il est dépourvu de courage et, par là même, ne contribue-t-il pas, de ce fait, à sa propre disparition ? Revenons aux premiers temps de l’humanité.

                                                                                  –
L’Homme, si faible, physiquement destiné à disparaître dès son apparition sur la Terre comme le dit Sédillot, a su s’adapter à des conditions extrêmes. Au climat, certes, mais aussi à l’environnement hostile. Quelle fut la réaction du premier Homme qui s’est retrouvé nez à nez avec une bête fauve beaucoup plus forte que lui par sa taille, par sa vigueur et par sa férocité ? La peur, sûrement, mais aussi le combat, acmé du courage, sous la forme d’un duel mortel avec l’animal qui, une fois gagné, lui permettra aussi de se nourrir, de se vêtir, de survivre et de « dominer la Terre », comme le mentionne la Genèse. D’une manière concomitante, l’Homme est devenu guerrier, contre son ennemi, contre son semblable, contre son frère. Il s’est transformé en prédateur universel, en particulier contre sa propre espèce et, depuis lors, c’est une constante : la guerre l’habite, qui « doit être divine en elle-même car elle est la loi du monde », comme le répète Joseph de Maistre. Le XXe siècle, le siècle de la guerre par excellence, a prouvé que le courage, s’il était utilisé par les régimes totalitaires pour exalter les foules décrites par Lebon, exprimait aussi la flamme de la résistance nationale et l’abnégation suprême pour sauver la patrie en danger.

                                                                                      –
« Darwin, reviens » pourrait être la nouvelle maxime des patriotes et des souverainistes décidés à combattre ce fléau moderne que l’on appelle par euphémisation « individualisme ». Il est l’expression du nihilisme, comme le soulignait déjà Nietzsche, et se nomme en fait « lâcheté » ou « indifférence », le plus bas degré de la liberté, selon Rousseau… Notons, au passage, la disparition du mot « lâcheté » du champ lexical, transformé pour l’occasion par les plumitifs en « accommodement » et « tolérance », façon moderne de déresponsabiliser un individu désirant toujours plus de confort et de bien-être.

                                                                                  –
Alors, Mesdames et Messieurs les politiques, foin de vos discours, congrès, think tanks, clubs de pensée, réunions et ateliers de travail, faites preuve de courage dans vos actions ; honorez vos ancêtres qui, jadis, risquaient leur vie chaque jour, sans en avoir conscience, tout simplement pour vivre et pour exister ; ce nouveau courage mobilisera les masses, créera une dialectique et accouchera d’une Histoire, certes « tragique », comme le disait Raymond Aron, mais ancrée dans l’action et la réalisation de la destinée humaine.

La patate chaude du CER refilée au Valgaudemar

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

Après Aspres-sur-Buëch et Tallard qui étaient bien contents de s’en être débarrassée, tout le monde se demandait où allait bien pouvoir s’installer le Centre Éducatif Renforcé, dont personne ne voulait. Bingo, c’est Saint-Jacques-en-Valgodemard qui a gagné ! Enfin gagné, c’est un bien grand mot car il semblerait que le conseil municipal, représentatif de la population locale n’en veuille absolument pas.                                                                                                                                 –
Nos parents, qui appelaient plus prosaïquement ces centres, des « maisons de corrections », les acceptaient car ils étaient à l’époque fermés. Ce n’est plus le cas, où alors si mal que « faire le mur » ne relève d’aucune difficulté ; on comprend donc le désarroi des habitants du Valgaudemar. Alors pourquoi là ? Parce qu’il n’y a pas trop de monde et que cela passera plus facilement, ou parce que ce sera moins pénalisant électoralement pour le pouvoir en place ? Et si l’on nous parle de l’intérêt des jeunes qui y seront placés, pense-t-on réellement que cette région bien connue des Hauts-Alpins, splendide mais isolée, soit la plus à même de leur être profitable ?


Le Front National constate une fois de plus que l’actuel gouvernement met en place une politique à deux vitesses, dans laquelle les provinciaux sont invités à se mettre au service des grandes métropoles, au mépris des populations locales et de leurs représentants, les maires de ces petites communes rurales, à qui l’on demande tout mais on ne donne rien. Le Front National demande, à une époque où l’on ne nous a jamais autant parlé d’égalité, qu’elle soit respectée entre tous les territoires.

Taxe foncière : les Haut-Alpins plumés comme des pigeons

tax-957457_960_720Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes.

Après une augmentation de 30 % en 2009 qui devait être « exceptionnelle », le conseil départemental récidive dans son hold-up sur le porte-monnaie des propriétaires haut-alpins, en se contentant cette fois-ci de « seulement » 25 %. Tant pis pour les représentants de la « petite » classe moyenne qui ont consenti de nombreux sacrifices pour pouvoir assouvir leur rêve d’avoir leur chez-soi. Ils sont propriétaires donc ils peuvent payer !

Majorité et opposition départementale on beau jeu de dénoncer les diktats gouvernementaux ; ce sont ceux-là même qu’ils critiquent aujourd’hui, pour lesquels ils appelaient à voter hier. Qu’ils se nomment « Républicains », PS ou LREM, ils manient tous avec autant de dextérité le double langage, selon le lieu et l’époque où ils s’expriment. Seul le pigeon reste le même : le petit propriétaire de province ou de la lointaine banlieue des grandes villes.

Le Front National, dernier défenseur des classes populaires et moyennes, n’accepte pas que ces seules populations soient toujours plus taxées et imposées, alors même que les services qui devraient leur être offerts en contre partie se délitent chaque jour. Les raisons de ces dépenses supplémentaires sont connues : accueil de toute la misère du monde. Et qui nous accueillera quand nous-mêmes n’aurons plus les moyens de vivre décemment ?

Préfecture : nouvelles péripéties pour les Haut-Alpins

fb_20150705_23_56_32_saved_pictureIl y a quelques jours, nous publiions sur ce site la lettre d’un habitant de Remollon qui expliquait ses déboires avec la préfecture pour une mise à jour de sa carte grise. Dans son édition du 6 février, le Dauphiné relate les aventures d’une autre personne qui a connu quasiment les mêmes mésaventures. Dans sa réponse, M. Hocdé, secrétaire général de la préfecture explique doctement que ce n’est pas la faute de ses services et sous-entend que c’est plutôt celle des administrés, qui « n’ont pas eu l’information ».

L’information transitant essentiellement par Internet et accessoirement dans la presse, on peut se demander si ce responsable ne se moque du monde : ce sont justement des habitants qui n’ont pas Internet qu se déplacent pour se procurer ces documents !

A propos, quand tout se fera par Internet, à quoi serviront les fonctionnaires travaillant dans les préfectures ?