Motards et FN 05 en colère

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental du FNJ et responsable du secteur du Laragnais.

Ce samedi de nombreux motards ont manifesté pour dénoncer de nouvelles réglementations. Au travers de cette initiative, les motards en colère on prit la parole pour l’ensemble des usagers de la route qui sont dorénavant une des cibles privilégiées du gourvernement. N’ayant pu être présent physiquement, je souhaitais leur apporter mon soutien.

Les motards, comme les automobilistes, on le sentiment d’être criminalisés du simple fait de prendre la route. Pour tous ceux qui n’ont rien à se reprocher, cela doit cesser.
Pourtant, les nouvelles restrictions prisent ici et là ne vont pas dans ce sens (véhicules de plus de 15 ans interdits dans les grandes villes, contrôle technique renforcé…).

On nous répondra : « écologie », certes, mais le Front National rappelle son souhait que cette écologie ne soit pas punitive, ni pour les automobilistes, ni pour les entreprises. L’exemple du contrôle technique renforcé qui entrera en vigueur en 2018 n’est pas un exemple anodin. En effet, il sera appliqué en vertu d’une directive européenne (encore une), et les Français savent que ce qui est bon pour l’UE ne l’est pas forcément pour notre pays.

Publicités

La SNCF bientôt rebaptisée « Société Roumaine des Chemins de Fer » ?

fn-flammeBillet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription).

                                       –
Le 04 septembre était lancé le chantier de rénovation des voies de chemins de fer sur la ligne Mont-Dauphin-Briançon. Ce chantier d’envergure, avec un coût  global de 20 millions d’euros, est financé par l’État, les collectivités locales et la SNCF. Ces travaux engagés sont nécessaires et nous saluons ce projet. Mais…

                                                                                      –
Personne ne nous fera croire que parmi les près de 7 millions de chômeurs français, nous ne pourrions pas trouver localement des personnes avec les qualités requises pour mener à bien ce chantier. Hélas, il semblerait que les travailleurs étrangers soient préférés, moins regardants peut-être sur les droits des travailleurs ? Et les chiffres sont édifiants : officiellement ils sont 300 000 travailleurs détachés en France, soit plus de 10% de notre chômage ! Mais finalement rien d’étonnant quand on sait que le salaire minimum est de 1480 euros en France, alors qu’il est de 235 euros en Roumanie…
Le scandale, c’est que c’est la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) qui les emploie, via des montages juridiques complexes dignes des plus grandes multinationales. Ouvriers, mi esclaves-mi travailleurs, logés dans les campings du coin, le tout afin d’optimiser les profits du groupe ferroviaire et préparer de fait une privatisation future.
Et la CGT cheminots de Veynes qui prétend défendre l’emploi, me direz-vous ? Nous l’avons contactée à de multiples reprises pour obtenir des explications mais elle garde le silence le plus absolu…


Nombreux sont ceux qui accepteraient bien ce genre d’emploi  mais que la circulaire « travailleur détaché » ringardise avec son coût total anormalement élevé par rapport à un citoyen roumain.


Le Français est une fois de plus le grand oublié.
C’est pourquoi, le Front National rappelle la nécessité de supprimer cette directive aberrante, ainsi que la directive sur la coordination des systèmes de sécurité sociale à l’origine du dumping social.
In fine, il se pourrait que  d’ici peu, la coupe soit bientôt pleine et que l’Histoire devienne « tragique » pour reprendre l’expression de Raymond Aron.

Signez la pétition : http://www.frontnational.com/pour-defendre-les-emplois-francais-abrogeons-la-directive-sur-les-travailleurs-detaches/

La SNCF bientôt rebaptisée « Société Roumaine des Chemins de Fer » ?

fn-flamme

Communiqué de presse de la fédération Front National des Hautes-Alpes.                                                                       


Le 04 septembre était lancé le chantier de rénovation des voies de chemins de fer sur la ligne Mont-Dauphin-Briançon. Ce chantier d’envergure, avec un coût  global de 20 millions d’euros, est financé par l’État, les collectivités locales et la SNCF. Ces travaux engagés sont nécessaires et nous saluons ce projet. Mais…


Personne ne nous fera croire que parmi les près de 7 millions de chômeurs métropolitains, nous ne pourrions pas trouver localement, des personnes avec les qualités requises pour mener à bien ce chantier. Hélas, il semblerait que les travailleurs étrangers soient préférés, moins regardants peut-être sur les droits des travailleurs ? Et les chiffres sont édifiants : officiellement ils sont 300 000 travailleurs détachés en France, soit plus de 10% de notre chômage !
Le scandale, c’est que c’est la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) qui les emploie, via des montages juridiques complexes dignes des plus grandes multinationales. Ouvriers, mi esclaves-mi travailleurs, logés dans des campings, le tout afin d’optimiser les profits du groupe ferroviaire et préparer de fait une privatisation future.

                                                                                  –
Le Français est une fois de plus le grand oublié.
C’est pourquoi, le Front National rappelle la nécessité de supprimer cette directive aberrante, ainsi que la directive sur la coordination des systèmes de sécurité sociale à l’origine du dumping social

« La France a pillé l’Afrique » ou quand Monsieur Fromm se veut historien

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription), diplômé de l’Université de Droit et de Sciences Politiques d’Aix Marseille III et ESCP Europe.

IMG_20170926_103558Ce fut à n’en pas douter le clou de la séance du conseil départemental en date du mardi 26 septembre 2017.
Après quelques joutes verbales, ces mots “La France a pillé l’Afrique”  ont été prononcés avec l’aplomb et l’assurance que l’on connait au maire socialiste de Briançon, Monsieur Fromm, fait qui mérite, à n’en pas douter, quelques précisions historiques.

Les colonies, contrairement à l’idée reçue, n’ont jamais rien rapporté à la France, mais ont gravement grevé les finances publiques en entamant sa croissance et son développement économique. C’est même la gauche républicaine, Jules Ferry en tête, qui a été le fer de lance de la colonisation entre 1880 et 1950 et aucunement les milieux d’affaires.
C’est la thèse admise de nos jours dans la communauté des historiens qui a été pour la première fois étayée par Jacques Marseille dans son ouvrage majeur, « Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce » 1989 Poche Seuil.

Concernant l’œuvre française en Afrique, elle a été positive sur bien des points :
À Alger 75% des musulmans étaient scolarisés ; en Afrique, la France employait 28 000 instituteurs durant la période coloniale. 350 établissements secondaires ont été construits sur le continent noir dans le même temps.
Dans le domaine médical qui intéresse au premier chef Monsieur Fromm, l’École de médecine de Tananarive, fondée par Gallieni à la fin du XIXème siècle, décerne ses premiers diplômes de médecins auxiliaires en 1900. La période coloniale, c’est aussi Alphonse Laveran, qui identifie l’agent du paludisme à l’hôpital militaire de Constantine, ce qui lui vaut le prix Nobel de médecine quelques années en 1907.

Au lieu de dénigrer la France, nous aurions aimé que Monsieur Fromm manifeste aussi un souvenir appuyé pour les harkis qui ont versé leur sang pour la France mais cela n’a pas été le cas.

In fine, me vient à l’esprit  cette magnifique citation de La Fontaine :
“Chacun à son métier doit toujours s’attacher.”

Tous au pied du mur face à ceux qui sont en haut de l’Échelle ?

V__9726Billet d’humeur de Cyril Gamba, responsable du secteur du Laragnais et SD FNJ.

L’association « Tous Migrants » appelle à manifester au col de l’Échelle samedi 23 septembre avec comme revendication toujours plus de droits pour l’immigration illégale alors que seulement 1 ou 2% des migrants sont de vrais réfugiés éligibles au droit d’asile.
Cette minorité associative favorable à l’illégalité en matière d’immigration ne perd pas une occasion de faire parler d’elle, à croire que leur idéologie est supportée par une majorité de français… (D’après un récent sondage Ipsos 53% des français jugent d’un mauvais œil la submersion migratoire).

Les « Tous Migrants » oublient, qu’hélas, par le traité de Schengen, la libre circulation existe déjà au sein de pays membres de l’Union Européenne. Cela nous rappelle que c’est à cause de ces frontières devenues passoires qu’Anis Amri était arrivé comme « migrant » par Lampedusa avant de tuer des dizaines d’innocents sur un marché de Noël  à Berlin puis d’être tué en Italie après être passé par la France en décembre 2016…
Les « Tous Migrants » revendiquent le droit d’asile. Ce droit existe. C’est bien dans l’attente de ce droit que sont des centaines de clandestins présents sur le territoire haut-alpin. C’est aussi pour effectuer les démarches qui permettront de clarifier leurs situations que la loi impose aux départements de prendre en charge les mineurs isolés étrangers. Des millions d’euros sont ainsi dépensés alors que nos nationaux en auraient grand besoin.
Toujours au sujet du coût de cet accueil, nous assistons à un jeu de supplications-réponses entre le département et l’État. Qui va payer quoi ? Le Président du département se satisfaisant en partie du gonflement du budget alloué aux Mineurs Isolés Étrangers par l’État. C’est pourtant l’argent des français qu’ils soient haut-alpins, pas de calaisiens ou maralpins qui servira une fois de plus à payer la mise en œuvre d’une politique de substitution.
Puisque la mort d’innocents n’a pas suffit à arrêter cette immigration. Puisque les milliards d’euros dépensés ne font qu’attirer de nouveaux prétendants à un eldorado qui n’existe pas. Puisque nos dirigeants préfèrent monter des murs autour de la Tour Eiffel plutôt que de rétablir nos frontières nationales. Puisque des associations souhaitent apprendre aux forces de l’ordre leur métier. Puisque ces mêmes associations souhaitent faire de la politique sans l’avouer. Le Front National arrivé au second tour de l’élection présidentielle s’autorise humblement à rappeler que le rôle premier d’un État est d’être souverain ce qui nécessite d’avoir des frontières nationales. Aussi le Front National se demande ce qu’il en est des migrants de nationalité marocaine accueillis à Gap, le Maroc ne connaissant ni guerre ni récession actuellement. Et enfin, le Front National s’autorise à souligner que les associations soutenants l’immigration sont, au même titre que l’Aide Médicale d’État des pompes aspirantes face à ce phénomène.
Comme 36% des haut-alpins nous revendiquons : « Les nôtres avant les autres ! ».

Tous au pied du mur face à ceux qui sont en haut de l’Échelle ?

V__9726Communiqué de presse de Cyril Gamba, responsable du secteur du Laragnais et SD FNJ.

L’association « Tous Migrants » appelle à manifester demain samedi au col de l’Échelle avec comme revendication toujours plus de droits pour l’immigration illégale alors que seulement 1 ou 2% des migrants sont de vrais réfugiés éligibles au droit d’asile.

La politique du gouvernement ressemble pourtant de près à celle soutenue par ces associations pro-immigration. Cette politique consiste à accueillir toujours plus de clandestins et de dépenser l’argent des français pour y parvenir. La situation actuelle est déjà insupportable pour nos territoires. Plutôt que d’en appeler à la raison, au maintien dans leurs pays des candidats à l’exil, ainsi que de l’aide à leur apporter chez eux, cette folle association incite à mettre en place des mesures qui ne feront qu’accentuer l’idée que se font ces populations d’un eldorado qui n’existe pas, et ce, au péril de leur vie.
Face à cela, le Front National réitère sa volonté de rétablir les contrôles aux frontières nationales. Nous rappelons aussi qu’une politique permettant d’organiser le co-développement dans les pays d’origines des migrants serait bien plus efficace et moins onéreuse pour la France. Le Front National, comme 36% des haut-alpins, revendique simplement : « Les nôtres avant les autres ».

Combien ça coûte ?

fn-flammeCommuniqué de presse de Nicolas Faure, candidat suppléant sur la 2eme circonscription des Hautes-Alpes lors des dernières élections législatives.

Ce n’est pas le nom du dernier jeu à la mode sur TF1, mais la question récurrente que les Hauts-Alpins se posent concernant le coût engagé par le département, de l’hébergement, du transport, et des soins afférents aux migrants.

Concrètement, Monsieur le Président du Conseil Départemental, la population attend de vous une réponse chiffrée qui corresponde aux montants financiers exécutés à ce jour sur le budget 2017, ce qui représentera, à n’en pas douter, un bel exercice de démocratie locale et participative pour les élus et les administrés.