Présidence de la région PACA

sans-titre7Communique de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, membre du comité central du Front National
L’annonce de Christian Estrosi est tombée hier : il quitte la présidence de la région PACA. Après 16 mois d’insultes et de calomnies, celui qui a surtout fait de la lutte contre le Front National son objectif politique décide certainement de se laisser les mains libres pour travailler à la dynamique d’Emmanuel Macron, qu’il a d’ailleurs ardemment soutenu.
Espérons que le service de nos concitoyens de Provence, des Alpes et de la Côte d’Azur, sera la boussole du futur président de la collectivité, loin des intérêts personnels ou de la carrière politicienne d’un homme. Nous pouvons avoir des désaccords avec la majorité, mais agir pour les gens d’ici reste notre engagement loyal. Après des années d’une gestion calamiteuse de la gauche, l’avenir jugera !

Pierre-Bernard Reymond et Joël Giraud : tous derrière Macron

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

En 2015, à l’occasion des élections régionales, les socialistes avaient appelé à voter pour Christian Estrosi. On se doutait bien que ce marché, passé entre une fausse gauche  et la pseudo droite, était une dette qu’il faudrait bien rembourser un jour. C’est fait : Pierre Bernard-Reymond appelle à voter pour Macron. Il rejoint en cela son compère Joël Giraud, qui tout radical de gauche qu’il se proclame, ne soutient pas le candidat adoubé par son parti et se range également derrière Emmanuel  Macron.

Marine Le Pen, dont la devise est :  « Au nom du peuple », ne passe pas par telle ou telle alliance de circonstance pour briguer le poste suprême de notre démocratie. Elle s’adresse au peuple et tiendra sa légitimité du peuple. La France, dans la situation où elle se trouve suite à tant d’années d’incurie, a besoin d’une poigne ferme pour redresser et tenir la barre. Les  compromis, obligatoires pour faire avancer un navire où le capitaine devra tenir compte de ses seconds  qui vont de la droite molle à la gauche marxiste en passant par l’extrême-centre, le pousseront à faire des ronds dans l’eau, sans jamais tenir aucun cap.

Au fait, deux personnalités de la politique haut-alpine, soi-disant opposées, sensées redonner le goût de la politique à leurs concitoyens et qui s’entendent comme larrons en foire, ça ne vous rappelle rien ? Dommage que le Front National n’ait pas été invité à ce pseudo-débat, il l’eut fait avancer, au lieu d’endormir son auditoire.

Vous reprendrez bien un peu de leur bonne soupe migrante ?

soup-306021_960_720Communiqué de presse de la fédération Front National des Hautes-Alpes

La saison hivernale se prête traditionnellement aux soupes multiples et variées pour faire face aux basses températures qui nous engourdissent : soupes de légumes, soupe aux choux, aux potirons… Mais avec l’arrivée du printemps, l’AAA (Association pour l’Animation des Alberts) en collaboration avec l’Office du tourisme de Montgenèvre innove, en la matière, en nous proposant une « soupe migrante » le 1er avril 2017. Un poisson d’avril direz-vous, certainement pas…

On peut s’interroger dans un premier temps sur la composition de la soupe migrante à travers ses différents ingrédients ? Mondialisme, haine de la France, dédain de l’identité française, immigration pour tous et destruction des frontières en font certainement partie. Dans un second temps,  la fédération départementale du Front National porte à la connaissance des  habitants des Alberts et de Montgenèvre que leurs impôts locaux  sont utilisés, sans leur consentement, à des fins de propagande mondialiste  qui vise tout simplement à faire accepter aux populations indigènes (nous !) une immigration illégale comme un fait normal, qui exalte notre humanisme et notre bonté d’âme .

Malgré ses recherches approfondies, le Front National  n’a pas trouvé la composition de la soupe migrante sur Marmiton.com, ni dans aucun  livre de cuisine, preuve une nouvelle fois que la gauche et la fausse droite ne savent  faire que du hors sol, départi de la réalité, et ce uniquement dans un but électoraliste. Serait-ce trop demander aux élus de ces partis de se soucier des problèmes de leurs électeurs, bien réels, avant de vouloir faire la fête avec le reste du monde ?

Services publics, la mort lente de nos provinces

Communiqué de presse de la fédération départementale du Front National des Hautes-Alpes.

logo-marine-presidente

La fédération départementale du Front National des Hautes Alpes regrette la décision de fermeture provisoire de la Maison de Justice et du Droit de Briançon qui prive notre unique sous-préfecture d’un service de proximité très apprécié des justiciables. Tant pis pour les 2 400 habitants du Briançonnais à qui cette maison permettait chaque année d’éviter des déplacements au palais de justice de Gap, puisque le tribunal d’instance avait déjà fermé le 1er janvier 2010. Cette décision semble avoir été prise au vu du manque récurrent de personnel, notamment de greffier, au TGI de Gap.

Cette situation n’est pas isolée, on la retrouve dans de nombreux tribunaux de France, où l’on déshabille les campagnes pour habiller des banlieues toujours qualifiées de défavorisées, alors que ce sont nos campagnes qui meurent. Nous savons tous que la justice va mal parce que saturée depuis des années, que ses personnels sont épuisés, contraints parfois d’officier dans plusieurs services et qu’elle ne survit que
grâce au dévouement de ses fonctionnaires, tous grades confondus.

Marine Le Pen et le Front National n’acceptent pas cette déchéance d’un
pouvoir régalien garant de l’égalité de tous, même et surtout des plus
faibles et de la survie d’une véritable démocratie.

Elle y veillera, nous y veillerons.

Séparation de l’Église et de l’État : partout, sauf dans les Hautes-Alpes !

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

L’évêque des Hautes-Alpes organise prochainement un débat sur le thème «retrouver le sens du politique». Le but officiellement visé est de réconcilier les Français avec la politique. Pour donner du piquant à cette manifestation et attirer le chaland, il fait appel à deux vieux briscards du système: un ancien secrétaire d’état et un descendant de ceux qui votèrent la spoliation des biens de l’église en 1905.

Le Front National a demandé à Mgr Di Falco de se joindre aux intervenants pour proposer à nos concitoyens de nouvelles orientations, susceptibles de les voir reprendre le chemin des urnes ; Mgr Di Falco a refusé catégoriquement. À l’instar des membres de la conférence des évêques de France, Mgr Di Falco semble ne pas vouloir sortir des  ornières tracées par les politiciens interchangeables que nous connaissons depuis tant d’années.

Au Front National, si nous ne pouvons pas répondre à la célèbre question : « Que penserait le Christ s’il revenait parmi nous », nous saurions par contre proposer à nos contemporains des solutions susceptibles de les intéresser et de leur redonner le sens de l’honnêteté, de l’altruisme et du bien commun tel que défini par St Thomas d’Aquin.

Conférence territoriale PACA : vers la mort de l’absurde plagiat, de l’assemblée « bis »…

16388193_1830520043903780_6745685530874038632_nCommuniqué de presse de Marion Maréchal-Le Pen, député et présidente du groupe FN au conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, et d’Amaury Navarranne, conseiller régional.

La légitimité populaire reprend tout naturellement ses droits en région Provence Alpes Côte d’Azur. L’alliance socialiste se retire de la conférence territoriale, elle qui avait cru un moment à l’absurde monstre, légalement difforme et politiquement inacceptable imposé par Christian Estrosi. Une opposition virtuelle exclue du suffrage universel.

Le Front National avait dès le départ prévenu : la représentation de nos concitoyens se construit dans les urnes, et uniquement là.

La conférence territoriale est en train de mourir née. Monsieur Estrosi n’avait su intégrer l’évidence du bon sens de notre opposition à son « bidule. » C’est au moins la nature des choses qui l’emporte sur ses créations surréalistes.

Désarmer la police : pour mieux protéger qui ?

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes.

Le développement des polices municipales est une nécessité pour faire face  aux nouveaux phénomènes d’insécurité. Les missions et fonctions de ces policiers « locaux » ne sont pas totalement identiques à celles des policiers nationaux et gendarmes. En revanche, les voyous, eux, ne font plus de différence : l’uniforme est leur ennemi. Tout le monde est à peu près d’accord sur ce constat… sauf visiblement quelques résidus d’une gauche archaïque, illustrée à Gap par le groupe d’opposants appelés « Tous capables-G.A.U.C.H.E. »
 –
Ce rassemblement dénonce depuis quelques jours et de manière virulente, l’autorisation (nécessaire et évidente pour tous) donnée par la ville de Gap pour l’armement de ses policiers. Toute idée peut être défendable, à condition de défendre la population ; l’angélisme n’a pas sa place en politique.  Le rôle du policier n’est pas celui de l’assistante sociale. Face au criminel qui tire avant de réfléchir, le policier doit avoir les moyens de se défendre et de défendre les autres.
 –
Le Front National, conscient des réelles attentes de la population et loin des postures basées sur la seule idéologie, réaffirme de manière sensée, pragmatique et légale que face à l’accroissement des actes terroristes et crapuleux nos policiers doivent partout être en mesure de se défendre et de nous défendre.

Épidémie de grippe : l’urgence de remettre de l’ordre

urgence-infirmierCommuniqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes, et d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur
 
Alors que l’épidémie débutait il y a quelques jours, le ministre de la santé Marisol Touraine appelait tous les porteurs de symptômes grippaux à se rendre dans un service d’urgence, sans en prévoir les saturations évidentes.
 –
Dans les Hautes-Alpes, la forte fréquentation des urgences a donné lieu à une très bonne capacité d’adaptation du personnel de santé de nos hôpitaux, palliant l’incurie des politiques qui ne tirent jamais les leçons de leurs erreurs. La situation semble se calmer mais les risques de rechute sont encore forts. 
 –
Cette situation met en outre en avant la nécessaire réforme en profondeur de notre système de santé que Marine Le Pen et le Front National veulent engager, loin des funestes projets de sape sanitaire d’un François Fillon ou des « automédications numériques » d’un Emmanuel Macron. 

Estrosi : moi seul ai raison

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes Alpes

Christian Estrosi, le président de la région PACA pense avoir de bonnes idées, le problème, c’est que les autres n’ont pas le droit d’avoir les mêmes idées que lui. Ainsi, il annonce que la région vient de débloquer 15 millions d’euros pour assurer le maintien de l’étoile ferroviaire de Veynes. Amaury Navarranne, conseiller régional FN des Hautes alpes, soucieux de l’avenir du ferroviaire dans notre département, avait présenté un voeu, étayé d’arguments circonstanciés, allant dans ce sens, adopté le 17 octobre par le Comité du Massif alpin, mais que Christian Estrosi avait demandé le 3 novembre à sa majorité au conseil régional de repousser.

Le Front National, proche du peuple connait les problèmes du peuple et propose des solutions qui vont dans l’intérêt du peuple. Christian Estrosi part du principe que le Front National, pourtant seule opposition au conseil régional, ne peut avoir de bonnes idées. Monsieur Estrosi est sectaire, cela nous le savions déjà. Mais qu’en pensent ses électeurs socialistes, dindons un jour mais peut-être pas dindons toujours ?

Réouverture du tunnel du Chambon : oui, mais…

fb_20150705_23_56_32_saved_pictureCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de PACA et de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes
 –
Après nous être félicités de la réouverture pour la saison hivernale du tunnel du Chambon, lien historique entre le Briançonnais et le nord de la France, nous apprenons que sa fermeture nécessaire pour la fin des travaux se ferait le 6 mars 2017. Après une période longue de crise, il apparaît important de favoriser au contraire la fin de saison pour un secteur géographique qui profite d’un enneigement plus important qu’ailleurs.
 –
Si la nouvelle fermeture destinée à achever les travaux de voirie est inéluctable, pourquoi ne pas retarder la fermeture ? L’important n’est-il pas de favoriser la période hivernale ? Une réouverture à l’automne 2017 peut parfaitement s’envisager à la toute fin de l’automne… Car après le 6 mars et la fin des vacances de la dernière zone nous savons qu’une clientèle passionnée se déplace encore largement jusqu’au mois d’avril.
 –
Alors que la concurrence entre stations savoyardes et alpines se fait de plus en plus vive, le Front National, sensible à l’économie fragile de nos territoires, demande aux autorités concernées d’envisager le report de cette fermeture au lundi 3 avril 2017.