Les migrants et la pollution de nos montagnes : un sujet tabou

20181017_093035Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental.

Les détritus de toute sorte jonchent en nombre les sentiers de montagne du Briançonnais, du col du Montgenèvre et du col de l’Echelle. Bouteilles et sacs plastiques, vêtements, chaussures, emballages divers, journaux etc. C‘est le triste spectacle que les randonneurs peuvent constater depuis plus de 3 ans.
Côté élus écologistes, associatifs et Office National des Forêts, c’est le grand silence, assez étrangement, quand on connaît la fureur des partisans de la nature contre la moindre atteinte à notre écosystème qui vaudrait au quidam que je suis une amende en bonne et due forme pour une canette de coca oubliée après un pique nique estival en montagne !
Concernant les élus de gauche et les membres des associations pro migrants qui fournissent tous ces vêtements et autres matériels, aucune réaction publique. À croire que cette question embarrasse tout ce beau monde.

Ce problème est grave et le Rassemblement National est une nouvelle fois le seul parti politique à dénoncer ce problème.
En effet, l’immigration est plus d’être une pure destruction de valeur économique (rapport Posokhow l’immigration coûte 84 milliards par an au contribuable français) est aussi un facteur de destruction de notre écosystème. Les Hautes-Alpes, qui sont déjà sinistrées sur le plan économique, et qui ont axé leur développement sur le tourisme, pourraient ces prochaines années être victimes d’une double peine : hausse déjà actée des impôts locaux de plus de 24 % pour assurer le financement des migrants pseudo Mineurs Non Accompagnés (MNA), et destruction d ‘un capital naturel et écologique qui fait vivre le département avec le tourisme hivernal et estival.
Des touristes cet été à Montgenèvre se sont déjà plaints de cet état de fait, mais l’État et les communes concernées semblent faire la sourde oreille.
Dans cette optique, le Rassemblement National propose que les migrants présents dans les Hautes Alpes nettoient la montagne de tous les immondices qu’ils ont eux même générés. Ce serait la moindre des choses, pour réparer le préjudice écologique subi et pour honorer la générosité dont ils bénéficient sur notre sol.
Le Rassemblement National requiert également que les associations pro migrants s’attellent également à cette tâche car elles sont co-responsables de cette situation.
Notre organisation exige aussi que l’État via ses services, interpelle et verbalise les auteurs de ces actes comme n’importe quel citoyen français le serait dans le même cas.

En fin de compte, le Rassemblement national exige tout simplement que la Loi qui est votée par le parlement au nom du peuple français s ‘applique dans le domaine du droit de l’immigration, du droit de l’environnement et des collectivités locales.

Publicités