« La France a pillé l’Afrique » ou quand Monsieur Fromm se veut historien

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription), diplômé de l’Université de Droit et de Sciences Politiques d’Aix Marseille III et ESCP Europe.

IMG_20170926_103558Ce fut à n’en pas douter le clou de la séance du conseil départemental en date du mardi 26 septembre 2017.
Après quelques joutes verbales, ces mots “La France a pillé l’Afrique”  ont été prononcés avec l’aplomb et l’assurance que l’on connait au maire socialiste de Briançon, Monsieur Fromm, fait qui mérite, à n’en pas douter, quelques précisions historiques.

Les colonies, contrairement à l’idée reçue, n’ont jamais rien rapporté à la France, mais ont gravement grevé les finances publiques en entamant sa croissance et son développement économique. C’est même la gauche républicaine, Jules Ferry en tête, qui a été le fer de lance de la colonisation entre 1880 et 1950 et aucunement les milieux d’affaires.
C’est la thèse admise de nos jours dans la communauté des historiens qui a été pour la première fois étayée par Jacques Marseille dans son ouvrage majeur, « Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce » 1989 Poche Seuil.

Concernant l’œuvre française en Afrique, elle a été positive sur bien des points :
À Alger 75% des musulmans étaient scolarisés ; en Afrique, la France employait 28 000 instituteurs durant la période coloniale. 350 établissements secondaires ont été construits sur le continent noir dans le même temps.
Dans le domaine médical qui intéresse au premier chef Monsieur Fromm, l’École de médecine de Tananarive, fondée par Gallieni à la fin du XIXème siècle, décerne ses premiers diplômes de médecins auxiliaires en 1900. La période coloniale, c’est aussi Alphonse Laveran, qui identifie l’agent du paludisme à l’hôpital militaire de Constantine, ce qui lui vaut le prix Nobel de médecine quelques années en 1907.

Au lieu de dénigrer la France, nous aurions aimé que Monsieur Fromm manifeste aussi un souvenir appuyé pour les harkis qui ont versé leur sang pour la France mais cela n’a pas été le cas.

In fine, me vient à l’esprit  cette magnifique citation de La Fontaine :
“Chacun à son métier doit toujours s’attacher.”

Publicités