Loi Montagne et obésité administrative : la gourmandise égare Joël Giraud

2016-visu-giraud
Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, membre du Comité de massif des Alpes, membre du comité central du Front National
 
L’acte 2 de la Loi Montagne est actuellement en discussion à l’Assemblée nationale. Le député radical de gauche des Hautes-Alpes, Joël Giraud, affirme que nous aurions souhaité la « suppression de toutes les institutions de la montagne » sans qu’aucun amendement n’aille dans ce sens. Seule la création d’un nouveau « machin » (Conseil national de la montagne) a été abordée, dans un environnement déjà gavé de comités en tous genres.
 
Joël Giraud tente en fait de faire oublier son article 19 de la Loi, dont Marion Maréchal-Le Pen a en effet proposé la suppression : la planification des projets en altitude dans les documents d’urbanisme.
 
Cette mesure engendre des complications administratives, eu égard à l’évolution rapide des plans d’investissements pluriannuels consécutive des contraintes climatiques, de l’adaptation à la concurrence… Supprimer cet article favorisait les stations de ski pour leur nécessaire adaptation afin de demeurer compétitives. Leurs marges d’investissements seront à présent grandement limitées ! Cet impact négatif sera direct sur l’économie et le tourisme des territoires. Merci qui ?
Publicités