Migrants : que veut vraiment la majorité d’Estrosi ?

Patrick.deroin.FN.05Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes
 –
Le vendredi 21 octobre, à l’occasion d’une réunion sur l’arrivée des migrants à Guillestre, le préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, a souligné sa satisfaction de n’avoir vu aucun maire du département refuser l’arrivée de migrants dans les communes sollicitées. Ce mercredi 26 octobre, Christian Estrosi, président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, déclare : « J’ai été le premier à m’opposer à cette espèce de répartition de quotas. Je m’oppose à la venue de migrants de Calais en PACA. On nous propose 1175 migrants »
 –
Mais alors Chantal Eyméoud, maire d’Embrun et 2ème vice-présidente de la région PACA, a donc accepté cette arrivée de clandestins dans sa commune… On aurait pu s’attendre à un minimum de cohérence avec son président… La vérité est en fait plus simple : la communication de cette pseudo-droite varie en fonction des lieux, des périodes, des intérêts personnels de chacun, sans vision du bien commun. Par exemple au Parlement européen, ils votent tous et d’une seule main les quotas de « migrants » dans l’Union.
Le Front National lui, continue de proclamer haut et fort : ni de grande jungle à Calais, ni de petites jungles en province.

Les migrants de Gap, de Calais et d’ailleurs

P1060570recadréeBillet d’humeur de Jean-Luc Cerezo, responsable FN de la ville de Gap. 

Nous avons appris récemment par le Maire de Gap la venue très prochaine de 30 migrants.

Si on ne peut rester insensible à cet exode, il est nécessaire d’analyser et de comprendre certains enjeux majeurs.

De fait comme l’avait dit François HOLLANDE, au début du conflit syrien, nous allons accueillir les réfugiés victimes de cette guerre.

Hors, il est depuis constaté et avéré, qu’une grande partie des migrants ne sont plus syriens, mais viennent d’autres pays d’Afrique, du Moyen Orient…

Pour autant ces nouveaux réfugiés sont- ils victimes dans leurs propres pays d’insécurité, leurs pays est-il vraiment comme la Syrie en guerre, on peut tout à fait légitimement se poser la bonne question, François HOLLANDE a promis de faire des enquêtes, pour voir qui reste, qui part, je lui souhaite beaucoup de courage tant la tâche tient du miracle.

L’Europe a donné le feu vert à des millions de personnes vivant dans la pauvreté ou dans des conditions de vie parfois difficiles.

C’est clairement une invitation que l’UE a donné à ces personnes venues d’ailleurs, à la recherche pour la plupart d’une vie meilleure, elles connaissent la générosité de nos décideurs et aussi leur incapacité à endiguer ces arrivées massives d’expatriés dont ils font partie.

Récemment, une journaliste Haute-Alpine déclarait sur une antenne : les migrants, c’est prouvé, c’est une chance pour la France, ils vont participer à l’augmentation du PIB (produit intérieur brut).

En effet, ces nouveaux venus vont consommer, vont dépenser, mais au fait que vont-ils dépenser ? C’est très simple, l’argent des collectivités territoriales, l’allocation d’attente que leur octroie l’Etat Français, c’est-à-dire nous, nos impôts, il en est de même pour les frais d’hébergement, car contrairement aux Français pauvres, qui eux paient leurs loyers, même avec environ 400 € par mois (RSA), et bien oui ces migrants ne paieront pas de loyer, cherchez l’erreur…je ne parle pas d’autres aides indirectes, aide médicale gratuite, carte bancaire mise à disposition, transports le plus souvent gratuits…

Et bien oui, ces personnes vont par leurs dépenses enrichir notre économie, ce qui est certain, c’est qu’ il n’y a plus d’emploi en France, comment expliquer sinon le départ forcé de nos étudiants, nos diplômés vers d’autres contrées, d’autres pays, l’Angleterre, les États-Unis, le Canada pour enfin décrocher un emploi, un job que l’Etat Français est incapable de leur fournir, mais au fait ces étudiants  que nos politiques ne veulent plus, ne peuvent-ils pas à leur tour enrichir notre pays  en consommant donc en augmentant notre PIB.

La logique n’est pas respectée, il serait normal que nos Français restent en France, qu’en pensez-vous ?

Sans ligne directrice, notre pays s’effondrera…

Marine LE PEN incarne l’espoir, l’espoir d’une France indépendante capable de gérer seule son avenir sans être assujettie aux décisions d’une Europe qui s’écroule sous ses contradictions et sa passivité. Nous n’avons pas besoin des cadeaux empoisonnés de Bruxelles, qui nous conduisent à une faillite certaine et dans tous les domaines…

Arrivée des migrants : protester partout où c’est possible !

visu-comm-migrantsCommuniqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes, et d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur

La situation de tout homme touche la sensibilité de chacun. Mais la raison politique impose de régler les questions en vue du bien commun d’abord des gens d’ici, d’abord des Français.

L’accueil de migrants génère un coût financier et social indéniable, couplé aux tensions graves et des risques pour nos administrés. Sans oublier que les corridors migratoires permettent aux djihadistes de pénétrer sur le territoire français, infiltrés dans les groupes de migrants disséminés dans les centres d’accueil et d’orientation.

Face aux refus des « élites » de réellement consulter la population par voie référendaire, le Front National des Hautes-Alpes appelle tous ceux qui s’inquiètent à juste titre de ces choix fous et les refusent à se rendre aux réunions d’information comme celle de Guillestre, vendredi 21 octobre à 20h30, à l’Auberge de Jeunesse.

Un élu régional d’opposition Front National ça sert (aussi) à ça…

 
portrait-region-navarranneCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-D’azur, membre du comité central du Front National
 –
Siégeant en tant que conseiller régional au comité de Massif des Alpes, je me suis associé ce jour, lors de sa réunion en préfecture de région de Marseille, à une motion traitant de l’inquiétante annonce de la fin des dessertes interrégionales sur les lignes ferroviaires Grenoble-Veynes et Valence-Veynes. Mieux, j’ai fait adopter un amendement à cette motion qui n’était pourtant pas prévue à l’ordre du jour. Face au manque de concertation, j’ai demandé la création d’une commission ad hoc interrégionale visant à discuter avant d’exécuter cette disparition criminelle pour les territoires de l’étoile de Veynes notamment.
 –
C’est d’ailleurs le sens du vœu déposé cette fois-ci au conseil régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et que je défendrai lors de notre assemblée plénière du 3 novembre prochain. Je ne doute pas que les conseillers régionaux de la majorité, comme l’on fait ce jour en Comité de massif Mesdames Eyméoud, Forgeoux et Bareille, voterons favorablement cette demande. L’esprit de l’opposition constructive est là.

Migrants : ouvrir les yeux, avant qu’il ne soit trop tard !

fn-flamme
Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental du FNJ et responsable du canton de Laragne.
 –
Aspres-sur-Buëch, Rosans, Gap et Briançon, font partie des communes parmi lesquelles ont été accueillis des migrants ces derniers mois. Pour « démanteler » la « Jungle » de Calais, de nombreuses communes françaises voient arriver sur leur territoire de nouveaux migrants, majoritairement de jeunes hommes qui cherchent à passer en Angleterre. La commune de Guillestre par exemple doit en accueillir 24, avec la complicité du Maire. Evidemment, dans les Hautes-Alpes aucune véritable consultation de la population n’est à l’ordre du jour.
 –
À Embrun, on découvre dans les petites annonces d’emploi que l’on recherche du personnel pour un centre d’accueil et d’orientation. Encore une fois, si cela se confirme les Embrunais seraient laissés pour compte : ni consultation ni information. Ce flot de clandestins est une source intarissable que l’on ne jugulera jamais en s’y prenant de la sorte. Pour la toute petite minorité de vrais réfugiés (1%), combien accueille-t-on pour finalement les débouter du droit d’asile sans jamais les reconduire à la frontière ?!
 –
Le Front National demande que le problème soit pris d’une façon inverse : les Français ne doivent pas continuellement s’adapter à une vague de migrants sans fin, il faut au contraire stopper définitivement cet afflux migratoire en retrouvant notamment la maîtrise de nos frontières nationales, en démantelant les bidonvilles migratoires pour procéder aux reconduites à la frontière des clandestins et en restreignant considérablement le régime de l’asile dans notre pays. C’est une question de justice et d’équilibre !

Loi Montagne et obésité administrative : la gourmandise égare Joël Giraud

2016-visu-giraud
Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, membre du Comité de massif des Alpes, membre du comité central du Front National
 
L’acte 2 de la Loi Montagne est actuellement en discussion à l’Assemblée nationale. Le député radical de gauche des Hautes-Alpes, Joël Giraud, affirme que nous aurions souhaité la « suppression de toutes les institutions de la montagne » sans qu’aucun amendement n’aille dans ce sens. Seule la création d’un nouveau « machin » (Conseil national de la montagne) a été abordée, dans un environnement déjà gavé de comités en tous genres.
 
Joël Giraud tente en fait de faire oublier son article 19 de la Loi, dont Marion Maréchal-Le Pen a en effet proposé la suppression : la planification des projets en altitude dans les documents d’urbanisme.
 
Cette mesure engendre des complications administratives, eu égard à l’évolution rapide des plans d’investissements pluriannuels consécutive des contraintes climatiques, de l’adaptation à la concurrence… Supprimer cet article favorisait les stations de ski pour leur nécessaire adaptation afin de demeurer compétitives. Leurs marges d’investissements seront à présent grandement limitées ! Cet impact négatif sera direct sur l’économie et le tourisme des territoires. Merci qui ?

Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir

photo.cyrilCommuniqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental FNJ et responsable du canton de Laragne

Au micro d’Alpes 1, le préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, a osé parler de « non évènement » au sujet du démantèlement de la jungle de Calais, ajoutant : « ce n’est pas un problème de politique migratoire mais une problématique d’hébergement ».

Or c’est une erreur. En effet, personne ne pourra faire croire aux Français, surtout aux Calaisiens, que ce bidonville n’a aucun lien avec l’immigration que nous connaissons ces dernières années. Ce bidonville est la conséquence directe de mauvaises décisions prises par Nicolas Sarkozy et poursuivies par François Hollande, à savoir la déstabilisation de nombreux pays  comme la Libye ou la Syrie. À cette ingérence s’ajoute une paralysie de ces gouvernants dès que l’on aborde le sujet des frontières nationales : elles sont pourtant les seuls filtres capables de nous protéger.

Alors, maintenant les élus, mis devant le fait accompli, proposent de répartir ces clandestins dans nos communes malgré le refus légitime d’une majeure partie de la population. Mais je rejoindrai M. le Préfet sur un point : la problématique d’hébergement. Et je pose la question de savoir comment peut-on trouver des logements, tous frais payés, à des clandestins, alors que cela était encore impossible hier avec nos sans-abris ?

N’est est-ce pas la goutte d’eau qui fait déborder le vase ?