Ça suffit !

urne-604Billet d’humeur de Jean-Luc Cerezo, responsable adjoint de la ville de Gap pour le Front National.

Monsieur VALLS au plus fort de son impopularité a osé, s’adressant au Français, il a prononcé le mot magique  “ ça suffit “ oui Monsieur VALLS, ça suffit, le peuple de France en a assez de vos mensonges, de vos passages en force, de vos décisions arbitraires, de votre certitude qui n’engage que vous, mais certainement pas les Français, votre autosatisfaction n’est pas la nôtre, nous ne partageons pas les mêmes valeurs, celle d’une France forte, respectée, apaisée.

Le Chef de l’Etat prend des décisions uniquement en cas d’urgence, pour le reste, il attend, il attend un miracle qui n’aura pas lieu, Monsieur HOLLANDE gouverne à vue, il fait croire au peuple qu’il a du jeu, ce n’est pas nouveau, en réalité, il n’a pas les bonnes cartes, il n’a plus de solutions, il n’en a jamais eu.

Gouverner, c’est prévoir, le Chef de l’Etat n’a rien prévu, même pas son échec, prévoir ce doit être je le rappelle la première des qualités d’un Président de la République.

Il faut une politique, un projet à long terme, avoir une vision globale de la société Française, ses difficultés, ses attentes, ses atouts.

Le temps est venu du bilan, est-il nécessaire de rappeler les presque 6 millions de chômeurs, 9 millions de pauvres dans notre beau pays, quelque perspective pour tous ces gens, pour notre peuple, nous constatons chaque jour des inégalités croissantes et de plus en plus nombreuses, au profit de qui, sinon de la grande finance, que Bruxelles encense, sommes-nous revenus au  19eme siècle, la régression s’installe dans notre pays et durablement…

Non, Monsieur HOLLANDE, nous ne sommes pas des moutons, nous ne nous laisserons pas tondre, les Français sont des gens responsables, arrêter de considérer ou de penser que nous vous suivrons aveuglément dans l’abîme dans lequel vous voulez nous précipiter, c’est votre choix, pas le nôtre.

Le Front National se battra avec ses armes, c’est-à-dire les urnes pour que le peuple Français choisisse en connaissance de cause, entre nôtre intérêt ou l’intérêt de Bruxelles et de la grande finance, nul doute que les électeurs réfléchirons à deux fois.

Publicités