AUTRICHE : LE PREMIER PAS

P1060570recadréeTribune libre de Jean-Luc CEREZO, responsable adjoint ville de Gap

 De très bons résultats, plus de 36,4% des voix au premier tour des élections présidentielles pour Norbert HOFERT candidat du parti le FPÖ.

C’est incontestablement un signe encourageant pour le camp des « euros-septiques ».

 Les médias, les politiciens, tous pays confondus ne s’en cachent pas : le FPÖ est, pour eux, indéniablement un parti d’extrême droite ! Dès lors qu’un mouvement propose une politique totalement différente qui ne rentre pas dans le moule européen, mais qui aspire à plus de souveraineté pour son peuple, c’est la caricature, l’embargo, l’omerta.

 Les partis que l’on nomme populistes ont un atout de taille, ils sont dévoués à la cause de leur nation et de leur peuple, et comme le rappelle le candidat du FPÖ : « Je m’occuperai en priorité de mon peuple, et après je verrai ». S’occuper en priorité de sa nation, certains hommes politiques l’ont malheureusement et depuis trop longtemps oublié.

 Aujourd’hui le constat est sans appel : les européens sont touchés de plein fouet par le chômage, la pauvreté, la délinquance.

 Il serait vain et utopique de croire à une embellie en l’état des choses. Et l’arrivée de centaines de migrants pèse chaque jour un peu plus sur notre économie déjà à l’agonie.

 Les gouvernements se succèdent, laissant le peuple crouler sous un fardeau qui s’alourdit irrémédiablement.

 Nous sommes bien loin de Vercingétorix, Jeanne d’Arc, Charles Martel ou Charles De Gaulle, tous ces héros qui ont vaillamment défendu notre patrie contre l’envahisseur parfois au péril de leur vie  pour que nous conservions notre identité, notre culture, nos valeurs.

 Allons-nous après tant de luttes, de sacrifices, de guerres, laisser notre beau pays aux mains de la finance internationale qui n’a que faire des peuples et de leurs souffrances, de leurs aspirations, de leurs volontés ?

Un réel changement s’impose, le Front National et de nombreux mouvements Européens aspirent à plus de justice sociale, plus de démocratie, plus d’indépendance.

 L’espoir, c’est Marine Le PEN, seule à proposer une véritable alternative…soyons prêts…

Publicités