Agriculture : briser les tabous

nature-field-agriculture-cereals.jpg

Billet d’humeur de Jean Marius
La population de notre pays constate chaque jour que nos agriculteurs sont de plus en plus malheureux et non respectés ; certains n’en peuvent plus et se suicident, il faut oser le dire. L’Europe a fait d’eux des parias qui sont écrasés par les intermédiaires, il est temps qu’ils puissent enfin vivre de, et pour leur métier. La suppression des intermédiaires est une étape, mais il faut aussi que les centrales d’achats des grandes surfaces cessent d’imposer des tarifs ridiculement bas.
 
Ce métier est la colonne vertébrale de tous pays, sans eux nous ne vivrions pas. Il y a aussi un facteur important et principal, il faut recommencer à suivre les saisons et cesser de manger des fruits d’été en plein hiver ; ce luxe inutile déséquilibre l’économie. Nous importons trop de produits, et d’autre part il faut réhumaniser les fermes, cesser de les transformer en entreprises pseudo-industrielles dont la Ferme Des Milles Vaches illustre bien le non sens.
 
Ces entrepreneurs finissent par aller au travail à reculons, ils sont de plus en plus écœurés. Nous avons atteint un point de non-retour, nous vendons trop de terrains agricoles (les agriculteurs en étant contraints pour survivre encore un peu…) pour les transformer en terrain à construire tout et n’importe quoi, y compris des aérodromes immenses et inutiles ; pour faire plaisir uniquement à certains élus qui ont des intérêts X ou Y.
 
La politique de chaque pays est là pour diriger, aussi et surtout pour protéger les citoyens de son pays, il y a une tendance flagrante à oublier ce Principe Républicain. Souvent d’ailleurs certaines décisions sont prises sans dialogues partagés, par exemple en plus de la vente des terrains, il y a trop souvent des champs laissés en jachère pour rien (enfin presque, puisque les agriculteurs sont payés pour ne pas utiliser leur capital agricole). Les fermes de notre passé n’existent plus, ainsi que le respect de ce métier et de ces acteurs. Ce métier existe depuis des siècles, et son utilité est primordiale ; chaque agriculteur doit faire vivre en priorité son pays. Ce n’est qu’ensuite qu’il peut penser à l’exportation qui est secondaire. Les paysans doivent recommencer à être respectés, ils ont le métier principal qui permet à chaque société de vivre décemment. Cet art agricole n’est pas là principalement pour faire gagner de l’argent au gouvernement en les surtaxant régulièrement !!!! Vivons avec eux et ouvrons les yeux pour les défendre !!!
 
Publicités