Deux fois plus de cas de radicalisation : stop ou encore ?!

des-jihadistes-issus-pour-la-plupart-de-classe-moyenne_1154987_667x333Communiqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional PACA, membre du comité central du FN et secrétaire départemental des Hautes-Alpes
En mars dernier, la préfecture des Hautes-Alpes évaluait dans une communication à 10 le nombre d’individus islamistes « radicaux » dans le département. Moins d’un an après, ici comme un peu partout en France, ce chiffre a doublé. L’état d’urgence consécutif aux attentats a certainement permis d’approfondir certaines enquêtes ou signalements.
Mais cette augmentation doit être analysée comme le thermomètre d’une situation qui ne se règlera pas avec les mots dont nous ont habitué nos dirigeants politiques. Même dans les territoires ruraux, ces radicalisations -à 95% du fait de contacts humains- font planer un risque de plus en plus prégnant.
Le Front National réclame ce que le gouvernement se refuse toujours à faire :
– la fin de la folle politique migratoire et d’accueil des réfugiés, dont le ministre de la Défense lui même déclarait être « un risque majeur », les terroristes se mélangeant aux réfugiés
– le rétablissement effectif du contrôle aux frontières nationales
– l’expulsion des islamistes radicaux étrangers et la fermeture de toutes les mosquées salafistes
– la suppression de la nationalité pour tous les djihadistes bi-nationaux
Publicités