Billet d’humeur : quand la région ne contrôle pas ses subventions…

debat-autour-du-prix-des-repas-a-la-future-cantine-scolaire Tous les lecteurs du Dauphiné n’auront peut être pas relevé un problème majeur, en ce qui concerne l’utilisation des deniers publics au sujet de la cantine du pôle périscolaire, dont les travaux se sont achevés en 2013.

L’article porte sur l’ouverture d’une nouvelle cantine à l’école maternelle, après réalisation de quelques travaux d’aménagement intérieur dans les locaux de l’ancienne crèche, libérés depuis l’ouverture de la nouvelle au sein du pôle périscolaire. Je ne critique pas l’ouverture de cette nouvelle cantine, puisqu’elle permet aux petits de l’école maternelle de consommer en toute sécurité de vrais repas, dans un espace spécialement conçu et dédié à cet usage.

Non. Mon propos porte sur la construction d’un restaurant scolaire dans ce pôle, qui devait initialement accueillir les enfants des deux écoles, maternelle et primaire. Cette construction se déclinait en 3 espaces: crèche, centre de loisirs et restaurant scolaire, ce dernier entrant pour une grande part de son coût. Même si je comprends le bon sens des décisions qui ont été prises, de ne pas l’ouvrir, et de continuer à fonctionner comme auparavant, il n’en reste pas moins que la commune a perçu des subventions, dont les parts respectives ont été chiffrées par structure, puisque toutes n’étaient pas subventionnées par les mêmes financeurs. Or, ne peut on pas se demander si la commune ne devrait pas restituer la part de subventions perçues pour le restaurant scolaire, ou la reporter sur un autre projet à venir? Si j’étais le financeur, je m’interrogerais à ce sujet !

Question ouverte…

Martine Guillon
Publicités