Les traditions perdurent !

BEAUJOLAIS NOUVEAU 2017

Le samedi 18 novembre se tenait le Beaujolais Nouveau organisé par la fédération Front National des Hautes-Alpes. Plus d’une quarantaine d’adhérents ont répondu présents. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

                                   Amaury Navarranne, conseiller régional, était parmi nous.

                                                                                           OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Publicités

Départ du Préfet Court pour l’Ardèche : un serviteur de l’État

fn-flammeCommuniqué de presse d’Amaury Navarranne, conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Patrick Deroin, secrétaire départemental de Front National des Haute-Alpes

Avec l’annonce du départ du préfet des Hautes-Alpes, Philippe Court, pour le département de l’Ardèche, nous tenons à saluer un homme qui a servi l’Etat dans notre département avec une obligeance notable, une attention humaine particulière, de la rectitude et du dévouement.

Nous n’avons pas toujours été d’accord avec les orientations et directives qu’il avait la charge d’appliquer, comme sur la question des « migrants », mais à chaque acte ou action il était évident qu’un sens du bien commun animait le préfet Court.

Nous lui souhaitons bonne route pour cette nouvelle aventure et attendons la nomination de son successeur.

Le double discours des « Républicains » de Briançon

fn-flammeCommuniqué de presse de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription)

Mercredi soir s’est tenu un conseil municipal à Briançon, au cours duquel fut proposé au vote la mise à disposition d’un logement de 7 places pour les migrants. La majorité vote en bloc pour, l’opposition dont Monsieur Gryzka s’abstient au moyen de 5 voix. Pas de voix contre…


Lâcheté, compromission, tartufferie et capitulation sont les mots qui me viennent à l’esprit concernant les Républicains. En fin de compte, Monsieur Gryzka est la copie parfaite de Monsieur Sarkozy, certes à une moindre échelle. Il hausse le ton pendant les campagnes électorales, et passe sous le tapis au moment du vote…Un vrai élu « façon IIIème République » diraient certains.
Quant à la majorité de gauche, elle est toujours égale à elle-même.
Pour les Briançonnais, le résultat sera double : une hausse de la fiscalité locale avec une baisse des prestations, doublé d’un déficit d’image de leur ville dorénavant célèbre pour ses stations de ski et ses migrants !
« Il y a 250 000 migrants de l’autre côté de la frontière et le Briançonnais est devenu la porte d’entrée des migrants en provenance d’Italie » dixit le maire de Briançon Monsieur Fromm.


Le jour venu et ce jour approche, les électeurs seront alors les seuls juges des positions et des actes de leurs élus  face à cette catastrophe civilisationnelle, unique, que vit la France depuis la chute de l’Empire romain.

Délinquance étrangère : une nouvelle qui fait peur !

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental du FNJ et responsable du secteur du Laragnais.

Au soir du 31 octobre, des actes de délinquances ont été dénombrés sur la commune de Gap, une fois de plus. Il a été notament question de violation de domicile. Arrêtés, les individus concernés répondront de leurs actes devant la Justice. Espérons-le.

Espérons-le, car de toute évidence l’État de droit n’a pas été respecté jusqu’à présent quant à la situation irrégulière de l’un d’eux. Pourquoi la France n’est-elle pas capable de faire appliquer ses propres lois en 2017 ? Il ne suffit pas de dire que l’on refuse une personne sur notre territoire, (visiblement à juste titre !) mais il faut le faire…

Cette situation n’est pas propre aux Hautes-Alpes, mais pour autant, la multiplication des délits liés à l’immigration n’émeut pas nos députés alpins. Nous devons réaffirmer l’esprit initial du droit d’asile et expulser les délinquants et criminels étrangers au même titre que les migrants illégaux, qui, rappelons-le, enfreignent la loi dès lors qu’ils ont un pied sur le territoire national.

Réinstallons les portes de notre maison France, et expulsons pour mieux nous protéger !

23131972_912555258897887_5114164680173169915_n

Le vélo électrique ou l’idéologie du « faire croire »

Billet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription)

Ils sont partout…qui? Les vélos électriques bien sûr.velo-full-1024x712

Dernier signe de ralliement de la classe bobo-libertaire, les vélos électriques sont parmi nous.
Dans nos villes mais aussi dans nos campagnes, ils font la joie de ces sportifs du dimanche qui n’ont de sportif que le mot.
Parlons de l’engin mécanique en lui-même : des prix qui s’étalent de 1 500 à 2000 euros voire plus…


Vous l’aurez compris, ce loisir n’est pas à la portée de « n’importe quel plouc,  qui sent le gros rouge qui tache » pour reprendre la doxa médiatique.
Sa symbolique : le « faire croire ». Faire croire que l’on est sportif alors qu’on ne l’est pas, que l’on est modeste alors que l’on est un bourgeois, que l’on est proche de la nature alors que les batteries des dits objets polluent, que l’immigration est une bonne chose alors qu’elle détruit de la valeur économique et culturelle, que les droits de l’Homme vont sauver le monde alors qu’ils détruisent notre civilisation et notre peuple.
« Le faire croire que » en 2017, c’est Tartuffe réactualisé, comme un révélateur explicite de notre époque.


D’autres (le peuple) préfèrent le principe de réalité. C’est cette classe protéiforme qui se lève  pour travailler,  pour prendre les transports en commun bondés et insécurisés,  qui se fait matraquer par le fisc et qui, de ce fait, ne peut pas se payer des bicyclettes à 2 000 euros pour partir faire son marché bio.
Cette classe, c’est l’avenir de notre pays. C’est la classe moyenne, celle qui constitue l’épine dorsale de notre pays. Celle qui versait le sang jadis à Verdun, celle qui se battra le jour venu, celle qui défendra nos frontières et notre territoire contre les bobos mondialistes prêts à tout pour continuer « à nous faire croire que »…

Les feuilles d’automne

fn-flammeBillet d’humeur de Martine Lecointre, trésorière de la fédération Front National des Hautes-Alpes.


Avec l’automne arrive la chute des feuilles…d’impôts locaux. Je parle ici pour le Buëch et le Sisteronnais.
En comparant celles de l’année précédente avec celles de 2017, je constate quelques petites différences.
Déjà, légère revalorisation des bases locatives. C’est normal me direz vous, puisque l’État les revalorise chaque année via la loi de finances. Notez bien par ailleurs que nous avons intégré la communauté de communes du Sisteronnais. L’année dernière, au niveau de l’interco, pas de variation des taux. Cette année, oui, pour ce qui est de la taxe d’habitation. 2,05%. Idem 1/2 point environ pour la taxe foncière, pour la part départementale.


D’ici peu, je vous fiche mon billet (ça vous rappelle quelque chose?) que nous verrons une augmentation pour financer l’accueil des migrants. Eh oui, ils sont visibles maintenant dans le département! Et puis, dernière petite nouveauté : une nouvelle colonne pour provisionner des dépenses de réfection de digues! Nos amis laragnais vont être contents! Je suis convaincue qu’ils cracheront au bassinet, compte tenu de l’audit qui avait été réalisé par le SMIGIBA en 2012/2013, de mémoire, et qui avait mis en évidence le mauvais état du lit du Buëch, fragilisé par les prélèvements de sable, et des digues! Cela s’appelle la taxe GEMAPI. Petit cadeau de l’État aux collectivités territoriales, le transfert de cette compétence qui lui revenait avant.

Certains étaient déjà contents de ne bientôt plus payer de taxe d’habitation (encore que, ils ne seront pas 80%). Eh bien non! À partir du 1er janvier 2018, cette nouvelle taxe entrera en vigueur, tout est prêt, il n’y a plus qu’à en fixer l’assiette et le taux! Tous les fleuves, rivières ou torrents qui ont une fâcheuse tendance à déborder seront concernés. Les riverains ne seront peut être pas les seuls a y être assujettis, peut être s’y ajouteront les populations incluses dans les bassins versants ? Non seulement les maires voient leurs dotations baisser, leurs recettes de fiscalité locale amputées, mais ils doivent aussi assumer la mise en oeuvre de cette taxe, sous peine de voir leur responsabilité engagée en cas de sinistre sur leur commune, avec l’obligation de devenir leur propre assureur. Elle est pas belle, la vie?

Comment faire des économies sur le dos du peuple ?

sans-titre2Communiqué de presse de Patrick Deroin, secrétaire départemental du Front National des Hautes-Alpes

Le gouvernement d’Edouard Philippe vient de décider une baisse cumulée de soixante cinq euros par loyer des aides versées directement ou non aux bénéficiaires de logements HLM.


Si la baisse de cinq euros de l’Aide Personnalisée au Logement a pu paraître anecdotique, la diminution de fait de soixante euros supportée par les seuls offices HLM est un coup très sévère porté à des organismes dont les budgets sont souvent très tendus. Les priver d’une ressource importante, c’est priver leurs locataires de services qui ne sont pas superflus : travaux d’isolation phonique et thermique, de peinture, entretien des ascenseurs, réhabilitation, … Qui peut dire que les offices pourront continuer à investir dans tout ce qui touche à la sécurité ?

 –
Le Front National constate, qu’une fois de plus,  ce sont les « petites gens », cette population qui a le plus besoin de la solidarité nationale, qui est laissée de côté, au profit d’un soi-disant retour à l’équilibre, ce fameux déficit dont les Français ne sont pas responsables. Et s’il faut faire des économies, pourquoi ne pas puiser dans le budget de la politique de la ville, 410 millions d’euros dont personne n’a jamais vu les retombées ?

Motards et FN 05 en colère

DSCF09642Communiqué de presse de Cyril Gamba, secrétaire départemental du FNJ et responsable du secteur du Laragnais.

Ce samedi de nombreux motards ont manifesté pour dénoncer de nouvelles réglementations. Au travers de cette initiative, les motards en colère on prit la parole pour l’ensemble des usagers de la route qui sont dorénavant une des cibles privilégiées du gourvernement. N’ayant pu être présent physiquement, je souhaitais leur apporter mon soutien.

Les motards, comme les automobilistes, on le sentiment d’être criminalisés du simple fait de prendre la route. Pour tous ceux qui n’ont rien à se reprocher, cela doit cesser.
Pourtant, les nouvelles restrictions prisent ici et là ne vont pas dans ce sens (véhicules de plus de 15 ans interdits dans les grandes villes, contrôle technique renforcé…).

On nous répondra : « écologie », certes, mais le Front National rappelle son souhait que cette écologie ne soit pas punitive, ni pour les automobilistes, ni pour les entreprises. L’exemple du contrôle technique renforcé qui entrera en vigueur en 2018 n’est pas un exemple anodin. En effet, il sera appliqué en vertu d’une directive européenne (encore une), et les Français savent que ce qui est bon pour l’UE ne l’est pas forcément pour notre pays.

La SNCF bientôt rebaptisée « Société Roumaine des Chemins de Fer » ?

fn-flammeBillet d’humeur de Nicolas Faure, membre du bureau départemental, ex candidat suppléant aux législatives de 2017 (2eme circonscription).

                                       –
Le 04 septembre était lancé le chantier de rénovation des voies de chemins de fer sur la ligne Mont-Dauphin-Briançon. Ce chantier d’envergure, avec un coût  global de 20 millions d’euros, est financé par l’État, les collectivités locales et la SNCF. Ces travaux engagés sont nécessaires et nous saluons ce projet. Mais…

                                                                                      –
Personne ne nous fera croire que parmi les près de 7 millions de chômeurs français, nous ne pourrions pas trouver localement des personnes avec les qualités requises pour mener à bien ce chantier. Hélas, il semblerait que les travailleurs étrangers soient préférés, moins regardants peut-être sur les droits des travailleurs ? Et les chiffres sont édifiants : officiellement ils sont 300 000 travailleurs détachés en France, soit plus de 10% de notre chômage ! Mais finalement rien d’étonnant quand on sait que le salaire minimum est de 1480 euros en France, alors qu’il est de 235 euros en Roumanie…
Le scandale, c’est que c’est la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) qui les emploie, via des montages juridiques complexes dignes des plus grandes multinationales. Ouvriers, mi esclaves-mi travailleurs, logés dans les campings du coin, le tout afin d’optimiser les profits du groupe ferroviaire et préparer de fait une privatisation future.
Et la CGT cheminots de Veynes qui prétend défendre l’emploi, me direz-vous ? Nous l’avons contactée à de multiples reprises pour obtenir des explications mais elle garde le silence le plus absolu…


Nombreux sont ceux qui accepteraient bien ce genre d’emploi  mais que la circulaire « travailleur détaché » ringardise avec son coût total anormalement élevé par rapport à un citoyen roumain.


Le Français est une fois de plus le grand oublié.
C’est pourquoi, le Front National rappelle la nécessité de supprimer cette directive aberrante, ainsi que la directive sur la coordination des systèmes de sécurité sociale à l’origine du dumping social.
In fine, il se pourrait que  d’ici peu, la coupe soit bientôt pleine et que l’Histoire devienne « tragique » pour reprendre l’expression de Raymond Aron.

Signez la pétition : http://www.frontnational.com/pour-defendre-les-emplois-francais-abrogeons-la-directive-sur-les-travailleurs-detaches/

La SNCF bientôt rebaptisée « Société Roumaine des Chemins de Fer » ?

fn-flamme

Communiqué de presse de la fédération Front National des Hautes-Alpes.                                                                       


Le 04 septembre était lancé le chantier de rénovation des voies de chemins de fer sur la ligne Mont-Dauphin-Briançon. Ce chantier d’envergure, avec un coût  global de 20 millions d’euros, est financé par l’État, les collectivités locales et la SNCF. Ces travaux engagés sont nécessaires et nous saluons ce projet. Mais…


Personne ne nous fera croire que parmi les près de 7 millions de chômeurs métropolitains, nous ne pourrions pas trouver localement, des personnes avec les qualités requises pour mener à bien ce chantier. Hélas, il semblerait que les travailleurs étrangers soient préférés, moins regardants peut-être sur les droits des travailleurs ? Et les chiffres sont édifiants : officiellement ils sont 300 000 travailleurs détachés en France, soit plus de 10% de notre chômage !
Le scandale, c’est que c’est la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) qui les emploie, via des montages juridiques complexes dignes des plus grandes multinationales. Ouvriers, mi esclaves-mi travailleurs, logés dans des campings, le tout afin d’optimiser les profits du groupe ferroviaire et préparer de fait une privatisation future.

                                                                                  –
Le Français est une fois de plus le grand oublié.
C’est pourquoi, le Front National rappelle la nécessité de supprimer cette directive aberrante, ainsi que la directive sur la coordination des systèmes de sécurité sociale à l’origine du dumping social